NOUVELLES

John Baird se rendra en Ukraine

26/02/2014 01:25 EST | Actualisé 27/04/2014 05:12 EDT

Pour la deuxième fois en moins de trois mois, le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird s'envolera pour l'Ukraine, qui fait face à une « transition historique », a indiqué mardi le premier ministre Stephen Harper.

M. Baird s'y rendra dans le but de constater l'état des lieux et de rencontrer des membres du futur gouvernement et des membres de la société civile. 

Pour M. Harper, l'envoi de son ministre des Affaires étrangères « témoigne des relations cordiales et durables qu'entretiennent les deux pays ».

Le ministre Baird sera accompagné de parlementaires et d'une délégation de leaders canado-ukrainiens, a révélé M. Harper par communiqué.

Depuis le début des troubles en Ukraine, le gouvernement conservateur s'est à plusieurs reprises positionné en faveur du mouvement d'opposition pro-occidentale, saluant la destitution du président pro-russe Ianoukovitch et la confirmation du président intérimaire Tourtchinov.

M. Harper s'est également entretenu avec David Cameron, premier ministre du Royaume-Uni, au sujet de la situation en Ukraine. Les deux hommes d'État se sont entendus pour « explorer toutes les options pour appuyer l'Ukraine [...], notamment en considérant le rôle que pourrait jouer le FMI ».

Répondant aux craintes d'une intervention militaire de la Russie en sol ukrainien, l'ambassadeur de Russie au Canada Georgiy Mamedov a affirmé mardi que cette hypothèse était farfelue et qu'elle représentait une insulte à l'intelligence des Canadiens.

Les principaux membres de l'ancien gouvernement ukrainien et autres personnes considérées responsables de la violence politique sont sous le coup d'une interdiction de voyager au Canada, avait annoncé M. Harper jeudi dernier.

En décembre dernier, le ministre Baird s'était rendu en Ukraine pour appuyer les Ukrainiens « dans leur développement démocratique », après son rapprochement avec la Russie et le début des violences. Auparavant, le Canada avait dépêché 500 observateurs afin de garder un oeil sur les élections législatives d'octobre 2012.

En entrevue à l'émission 24/60, le titulaire de la Chaire en études ukrainiennes de l'Université d'Ottawa, Dominique Arel, a souligné que le Canada était bien placé, selon lui, pour servir de médiateur à la crise actuelle.

« Je pense que le Canada a une opportunité en or de montrer son leadership en médiation, particulièrement parce que, de tous les pays occidentaux, est le mieux placé pour comprendre l'Ukraine en raison de l'histoire de l'immigration ukrainienne au Canada et de son poids », a-t-il expliqué.

PLUS:rc