NOUVELLES

Fuite d'eau dans un scaphandre spatial: la Nasa admet des erreurs

26/02/2014 04:05 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

La Nasa a admis mercredi qu'un problème de fuite d'eau dans un scaphandre spatial qui a mis en danger la vie d'un astronaute italien de l'ISS en juillet dernier avait été détecté une semaine auparavant mais n'avait pas été réglé correctement.

L'astronaute italien Luca Parmitano avait dû interrompre en urgence une sortie à l'extérieur de la Station spatiale internationale (ISS) le 16 juillet 2013 en raison d'une importante fuite d'eau dans son scaphandre.

"Le scaphandre spatial avait en fait subi la même défaillance à la fin d'une sortie dans l'espace une semaine auparavant. Cet incident n'avait pas donné lieu à une enquête complète, qui aurait pu éviter de mettre un membre d'équipage de la Station spatiale internationale en danger", a avoué la Nasa dans un rapport posté sur son site internet mercredi.

Cette erreur a été attribuée à "un mauvais diagnostic de la première défaillance technique."

Au moment de la première fuite, les ingénieurs de la Nasa avaient pensé que le liquide provenait du récipient contenant l'eau bue par l'astronaute pendant sa sortie dans l'espace.

"Ce problème n'a pas donné lieu à une enquête suffisante, mais cela n'a pas été quelque chose qu'on a cherché à dissimuler", a insisté lors d'une conférence de presse Chris Hansen, qui a présidé l'enquête interne de la Nasa. "Le vrai problème a été le manque de compréhension de la gravité de cet incident".

"On a cru que le conteneur d'eau potable était à l'origine de la fuite, ce qui a conduit les ingénieurs à rater la véritable cause du problème", a-t-il ajouté.

Luca Parmitano avait fait part de la présence d'eau dans son casque 44 minutes après le début de sa sortie orbitale. Cela avait précipité son retour à l'intérieur de la Station.

Son casque s'était rempli "de 1,5 litre d'eau, l'empêchant de voir normalement, remontant même dans ses narines et rendant sa respiration difficile", indique le rapport.

Le problème a été attribué à une contamination de silicate d'aluminium qui a obstrué le ventilateur d'une pompe, empêchant l'eau de circuler normalement dans les circuits, a indiqué Chris Hansen.

Mais la cause de cette contamination reste indéterminée.

"Nous n'avons pas déterminé comme nous le souhaiterions la vraie cause de ce problème", a regretté Bill Gerstenmaier, administrateur adjoint de la Nasa pour l'exploration spatiale habitée.

js-ksh/bdx

PLUS:hp