DIVERTISSEMENT

«32e édition du Festival international du film sur l'art», suivez nos choix

26/02/2014 12:13 EST | Actualisé 26/02/2014 12:19 EST
FIFA

La prochaine mouture du Festival international du film sur l’art (FIFA) s’aligne sur les astres de la diversité artistique avec des œuvres issues de l’univers de la peinture, de l’architecture, de la danse, de la littérature, du cinéma et tutti quanti. Près de 270 films en provenance de 34 pays sont au programme, et ce du 20 au 30 mars. Le Huffington Post Québec vous propose ses 15 suggestions à travers les différentes disciplines.

1 –Freights (Art contemporain)

Fascinant documentaire dans lequel le Montréalais Patrick O'Connor pose sa caméra sur une particularité de la sous-culture graffiti. On suit des graffiteurs issus des régions rurales qui se sont mis à peindre sur les wagons des trains de marchandises qui parcourent le pays et le reste de l’Amérique du Nord, jusqu’au Mexique. En dessinant simplement leur «tag» – leur identité visuelle avec leur nom d’emprunt – sur les wagons, ils communiquent entre eux, se reconnaissent, tissent un réseau de connexions complexes.

Canada / 2013 / couleur / 45 minutes / anglais s.t. français.

2 – L’Affaire Pasolini (Cinéma)

Le meurtre de Pier Paolo Pasolini a-t-il été prémédité au sein de cette classe politique dont il dénonçait les liens avec la mafia? À travers des extraits de l’œuvre immense de Pasolini se dessine le portrait d’un artiste qui n’a rien perdu de sa modernité et de son caractère explosif, et bon nombre de ses visions et analyses se sont avérées terriblement justes.

Le film retrace les circonstances de la mort de l’artiste, et l’enquête bâclée qui a suivi. De nombreuses questions restent sans réponses. Avec les commentaires de Dacia Maraini, écrivaine et proche de Pasolini, le sociologue Peter Kammerer, Nico Naldini, cousin de Pasolini, Barbara Castaldo, spécialiste de littérature, et Guido Calvi, avocat et professeur à l’Université, qui a largement contribué à la réouverture du procès.

Allemagne / 2012 / Couleur, noir et blanc / 52 minutes / français.

3 – Une chaise pour un ange (Danse)

À la rencontre des Shakers, communauté religieuse protestante américaine reconnue pour la pureté de ses créations dans les domaines du design de l’ameublement, de l’architecture et du chant. Le chorégraphe finlandais Tero Saarinen s’est librement inspiré de cet univers pour la création de Borrowed Light, une œuvre sur la vie en communauté et le sacrifice individuel, véritable communion entre musique et danse. Tourné en Finlande et aux États-Unis, le film examine l’héritage culturel paradoxal des Shakers qui n’accordaient aucun intérêt à l’art ni même à la simple idée de beauté, et qui, pourtant, ont jeté les bases d’une esthétique nouvelle avec leur artisanat.

Canada, Finlande / 2013 / Couleur / 74 minutes / français, anglais, finnois, s.t. français.

4 – Derby & Groma (Collectioneurs)

Le collectionneur de photos Pablo Cruiz Aguirre découvre un jour dans les rues de Buenos Aires une collection de lettres, cartes postales et photos d’un duo d’artistes de la scène, Derby (Desolina Merlino) et Groma (Samuel Salomón Gromatzky). Tous deux présentaient une série de numéros de danse acrobatique dans des théâtres de variétés en Europe et en Amérique latine à la fin des années 1920. À partir des archives de ce mystérieux duo d’une époque révolue, le film brosse un portrait dynamique de l’Argentine des années 1920 et 1930 et témoigne de la valeur des biens culturels pour aider à ressusciter un passé oublié, mais captivant.

Canada / 2013 / Couleur, noir et blanc / 16 minutes / espagnol, s.t. français.

5 – The Making of Fallujah: A New Chamber Opera (Musique)

Le sergent des Marines Christian Ellis était mitrailleur à Falloujah, en Irak. Il est l’un des rares survivants de son peloton pris dans une embuscade, laquelle lui a brisé le dos. Il rentra chez lui pour rejoindre les millions d’Américains qui souffrent actuellement du syndrome de stress post-traumatique.

Son ami, le mécène Charles Annenberg Weingarten, l’a mis au défi de transformer cette expérience en une œuvre d’art qui pourrait l’aider à guérir et inspirer d’autres personnes. Le résultat est Fallujah, le premier opéra sur la guerre en Irak et le syndrome de stress post-traumatique.

Canada, États-Unis / 2012 / Couleur / 23 minutes / anglais s.t. français.

6 – Jimi Hendrix – Hear My Train a Comin’ (Musique)

La trajectoire brève et intense de Jimi Hendrix (1942-1970), illustrée par des images tournées par l’artiste et son batteur Mitch Mitchell, et d’autres séquences inédites filmées à Miami en 1968, au New York Pop Festival à Randall’s Island et au Love & Peace Festival de l’Île de Fehmarn, tout dernier concert de Hendrix en 1970.

Photographies, dessins et lettres contribuent également à jeter un éclairage nouveau sur la personnalité et le génie du musicien. Le film revient sur sa carrière en utilisant les propres mots de l’homme mort à 27 ans et les témoignages de proches et de musiciens ainsi que de trois femmes importantes dans sa vie, notamment Colette Mimram, créatrice de ses costumes et de la fameuse veste perlée qu’il portait à Woodstock.

États-Unis / 2013 / couleur, noir et blanc / 113 minutes / anglais.

7 – The Wonderful Worlds of Nak (Peinture)

Une odyssée surréelle et très rythmée dans l’univers de Robert Pasternak, visionnaire cosmique de Winnipeg, Manitoba, ville où il est né en 1963 et où il réside et travaille encore aujourd’hui. Pasternak est un personnage haut en couleur, un excentrique qui passe sans ambages de toiles métaphysiques et d’illustration de science-fiction à des collages réalisés avec des matériaux trouvés et des films développés manuellement. Son atelier et sa personnalité sont à l’image de sa pratique artistique, remplis de matériaux récupérés, de souvenirs d’époque et de millions de projets inachevés en attente d'inspiration.

Canada / 2013 / Couleur / 26 minutes / anglais.

8 – Le Défi des bâtisseurs – La Cathédrale de Strasbourg (Architecture)

Chef-d’œuvre de l’art gothique, la cathédrale de Strasbourg témoigne du rêve démesuré de ses créateurs. Avec sa flèche qui culmine à 142 mètres, elle demeure jusqu’au XIXe siècle le plus haut monument du monde. Qui sont les bâtisseurs de la cathédrale? Entièrement tourné en 3D relief, le film alterne séquences de fiction, documents d’époque, images de synthèse, entretiens avec des historiens et spécialistes. Il révèle les secrets de fabrication de cette prouesse architecturale, la vie des maîtres d’œuvre, l’organisation sociale du chantier, le rayonnement européen du projet et le contexte politico-religieux dans lequel il s’est développé.

Allemagne, France/ 2012 / Couleur / 88 minutes / français.

9 – La Joconde a disparu (Histoire de l’art)

Le 21 août 1911, le portrait de Mona Lisa disparaît du Louvre. C’est l’une des affaires les plus retentissantes de l’époque. Deux ans et demi plus tard, un ouvrier italien du nom de Vincenzo Perugia écrit à un marchand d’art florentin pour lui dire qu’il souhaite rapporter la toile en Italie. Le voleur remet finalement l’œuvre aux Offices, et il est arrêté. Mona Lisa sera exposée à Florence, à Rome et à Milan avant d’être renvoyée au Louvre. Est-ce le patriotisme qui a poussé Perugia à voler la célèbre toile? Le réalisateur mène l’enquête, se penche sur les documents d’époque, rencontre sa fille et découvre dans les archives de Perugia l’élément manquant de l’histoire…

États unis / 2012 / Couleur, noir et blanc / 86 minutes / français, anglais s. t. français, anglais.

10 – Beat Generation - Jack Kerouac, Allen Ginsberg & William Burroughs (Littérature)

La longue et formidable amitié entre Jack Kerouac, Allen Ginsberg et William Burroughs, qui a donné naissance au mouvement littéraire de la Beat Generation. Ce lien commence à New York au début des années 1950 au moment où Kerouac envisage d’écrire un pavé sur leur histoire commune. Puis il se poursuit à San Francisco, Mexico, Tanger et Paris, où en quête d’absolu et en rupture avec l’Amérique puritaine, tous trois expérimentent la sexualité et les drogues. Il s’achève une douzaine d’années plus tard par la publication en rafale de Howl de Ginsberg (1956), Sur la route de Kerouac (1957) et Le festin nu de Burroughs (1959), autant de livres qui ont valeur de manifeste.

France / 2013 / Couleur, noir et blanc / 55 minutes / français, anglais, s.t. anglais.

11 – La Chemise Polo (Mode)

Dessinée par le tennisman René Lacoste (1904-1996) pour son usage personnel, cette chemise à manches courtes et sans pans est coupée dans une maille piquée aérée, d’ordinaire réservée à la bonneterie. Épousant les formes du corps, elle est jugée indécente, mais René Lacoste réussit à l’imposer sur les courts et la pare de son emblème : l’alligator.

En 1933, il la commercialise sous le nom de L.12.12. Un succès mondial. L’industrie française du vêtement de sport et le logo brodé sont nés. La chemise polo s’intègre dans la collection Coutures, qui porte un regard sur les vêtements phares de notre vestiaire contemporain dans une forme alliant savoir et divertissement.

France / 2013 / Couleur, noir et blanc / 26 minutes / français.

12 – Vivian Maier: Who Took Nanny's Pictures? (Photographie)

L’histoire fascinante de Vivian Maier (1926-2009), une gouvernante de Chicago qui pendant toute sa vie a pris plus 150 000 photos remarquables. En 2007, ses négatifs ont été découverts au hasard d’une vente aux enchères liquidant les effets d’un garde-meuble. Cette extraordinaire photographe passait tous ses loisirs à arpenter les rues de New York et de Chicago, Rolleiflex autour du cou, sans jamais montrer à personne le fruit de son travail. Ses photos révèlent un regard, une poésie et un humanisme hors du commun et ouvrent une fenêtre sur l’Amérique des années 1950 et 1960. Vivian Maier est morte dans la misère et l’anonymat en 2009. Depuis, ses clichés ont mis le monde de la photographie en émoi.

Royaume-Uni / 2013 / Couleur / 70 minutes / anglais.

13 – Bardot, la méprise (Cinéma)

En 2011, Brigitte Bardot donne son accord pour un projet de documentaire biographique. Elle ne participera pas au film, mais donne au réalisateur accès aux lieux de sa vie, les maisons de La Madrague et de La Garrigue à Saint-Tropez, et à ses archives familiales, des films réalisés par son père, de sa naissance jusqu’à sa métamorphose en déesse des écrans. À partir de cette matière précieuse, le cinéaste élabore un portrait rare et sensible qui donne à voir toutes les contradictions d’une femme et d’une actrice mythique et passionnée.

France / 2013 / Couleur, noir et blanc / 90 minutes / français.

14 – John Ford at Monument Valley (Cinéma)

En 1939, un rancher de Monument Valley du nom d’Harry Golding communiqua avec United Artists quand il apprit que John Ford cherchait un décor naturel en Arizona pour un western. Ford fut subjugué par les photos du lieu. Le film La chevauchée fantastique créa trois icônes : John Wayne, John Ford et Monument Valley. Ce lieu est lié à John Ford comme rarement un décor ne le fut à un réalisateur dans l’histoire du cinéma. Il y tournera huit films. Les grands peintres de l’Ouest américain Frederick Remington, Charles M. Russell, Henry Farny et Charles C. Schreyvogel, inspirèrent également Ford dans la composition de ses plans.

France / 2013 / couleur / 54 minutes / anglais.

15 – Marie Chouinard : Le Sacre du Printemps (Danse)

À l’occasion du centenaire du Sacre du printemps de Stravinsky, œuvre phare du XXe siècle qui n’a cessé d’inspirer les chorégraphes, le FIFA présente la superbe version de la chorégraphe Marie Chouinard, véritable hymne à la vie et œuvre marquante de son répertoire, mettant en scène les 14 danseurs de sa compagnie.

Canada / 2013 / Couleur / 50 minutes / français.

Pour plus de détails, cliquez ici.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques films à voir à la 32e édition du FIFA