POLITIQUE

Subvention canadienne à l'emploi: le litige devrait bientôt être réglé

25/02/2014 10:00 EST | Actualisé 25/02/2014 10:00 EST
PC

OTTAWA - Le litige concernant la Subvention canadienne pour l'emploi devrait bientôt être réglé, ont indiqué mardi des représentants des gouvernements fédéral et provinciaux.

Le ministre fédéral de l'Emploi, Jason Kenney, a soutenu que ses collègues des provinces et territoires étaient "heureux" de constater qu'Ottawa faisait preuve de flexibilité dans les négociations sur ce nouveau programme conjoint de formation de la main-d'oeuvre.

À sa sortie des Communes, mardi, le ministre a déclaré aux médias qu'il était "plutôt satisfait" de la tournure des événements.

M. Kenney avait fait parvenir une contre-offre aux provinces vendredi dans laquelle il se rendait à deux exigences majeures des provinces et territoires contenues dans leur dernière proposition.

Les autres provinces et les territoires ont discuté de la nouvelle offre fédérale lors d'une conférence téléphonique, mardi, et tout porte à croire qu'elle a été accueillie à bras ouverts.

Le ministère de l'Emploi est toujours en discussions avec le Québec, mais M. Kenney espère parvenir à une "entente de principe" d'ici le 31 mars.

La nouvelle proposition, dont La Presse Canadienne avait obtenu copie la semaine dernière, permettra aux gouvernements des provinces et des territoires de décider par eux-mêmes la façon dont ils contribueront au programme.

Ottawa accepte ainsi qu'ils versent les 300 millions $ prévus au programme conjoint fédéral-provincial-employeur en puisant soit dans un transfert fédéral, soit dans leur propre budget.

Jusqu'ici, les provinces ne voulaient pas être tenues de puiser ces sommes dans les Ententes sur le marché du travail, un programme provincial déjà existant qui assure du financement pour la formation de la main-d'oeuvre auprès de groupes sous-représentés sur le marché du travail.

Par ailleurs, Ottawa continuera de transférer aux provinces 2,1 milliards $ par année pour ces programmes.

La nouvelle offre fédérale souligne également que les provinces ne seront plus tenues de contribuer au programme à la même hauteur que le gouvernement fédéral.