NOUVELLES

Le premier ministre turc est sous enquête pour corruption

25/02/2014 02:28 EST | Actualisé 27/04/2014 05:12 EDT

ANKARA, Turquie - Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan est sous enquête pour corruption, ont rapporté des médias officiels mardi, au moment où les partis d'opposition réclament la démission de son gouvernement.

Le procureur en chef de la capitale, Ankara, a ouvert une enquête après la diffusion de bandes audio où on entendrait M. Erdogan et son fils s'entendre pour faire disparaître de vastes sommes d'argent dans le cadre d'une enquête pour corruption, selon ce que rapporte l'agence Anadolu.

M. Erdogan a rencontré le chef des services de renseignement turcs peu après que la bande audio ait commencé à circuler en ligne lundi. Les voix discutent de comment se débarasser d'importantes sommes d'argent dans une résidence inconnue.

Le bureau de M. Erdogan a plus tard publié un communiqué dans lequel il affirme que les enregistrements ont été fabriqués. Il promet que les responsables seront traînés en justice.

On ne sait pas si l'enquête porte sur l'authenticité des bandes ou sur de possibles gestes criminels.

Plus tôt mardi, le leader de la formation d'extrême-droite Part d'action nationaliste, Devlet Bahceli, s'était dit «estomaqué» par les enregistrements. Il avait ensuite demandé l'intervention des procureurs et d'autres agences judiciaires.

Le principal parti d'opposition turc, le Parti républicain du peuple, prétend avoir vérifié l'authenticité des enregistrements de «trois ou quatre façons» et a demandé à M. Erdogan de démissionner ou «de s'enfuir (de la Turquie) en hélicoptère».

M. Erdogan s'en est pris aux ennemis turcs et étrangers qui, selon lui, conspirent pour faire chuter son gouvernement et a répété que les enregistrements étaient des faux.

«C'est un acte de trahison contre le premier ministre», a-t-il dit.

L'Associated Press n'a pu vérifier l'authenticité des enregistrements, qui auraient été effectués le 17 décembre, au moment où les fils de trois ministres étaient détenus et interrogés dans une affaire de corruption.

PLUS:pc