NOUVELLES

Afrique du sud: un délégué d'un syndicat minier arrêté pour tentative de meurtre

25/02/2014 01:48 EST | Actualisé 27/04/2014 05:12 EDT

La police sud-africaine a arrêté mardi deux hommes, dont un délégué syndical d'Amcu, le syndicat qui mène la grève du platine en cours, qui comparaîtront mercredi pour tentative de meurtre.

Ils sont impliqués, selon la police, dans la violente agression, le 3 février, d'un ouvrier non gréviste qui se rendait au travail dans la cité minière de Rustenburg (nord-ouest).

L'Amcu a confirmé qu'un des suspects était un de ses délégués syndicaux.

Circulant en voiture, les deux hommes avaient proposé à l'ouvrier non gréviste, âgé de 51 ans, de le déposer. Mais ils l'avaient en fait livré à un groupe d'ouvriers qui formaient un piquet de grève près d'une décharge, où il a été déshabillé et bombardé avec des pierres.

Selon la police, l'homme a été "gravement blessé", perdant deux doigts de la main.

Les deux occupants de la voiture comparaîtront mercredi en justice pour tentative de meurtre.

Se posant en champion de la classe ouvrière oubliée selon lui du pouvoir, Amcu soutient la revendication d'un salaire de base minimum de 12.500 rands (830 euros) - plus du double du niveau actuel et trop, selon le patronat, pour une main d'oeuvre peu qualifiée.

Cette revendication est portée par Amcu depuis 2012 et la vague de grèves sauvages qui avait alors ensanglanté le bassin minier de Rustenburg, notamment chez le géant Lonmin dont 34 mineurs furent abattus par la police.

La grève actuelle, suivie par environ 80.000 mineurs d'Amplats, Impala Platinum et Lonmin, a fait un mort le 7 février, un permanent d'Amcu tué dans des heurts avec la police près d'une mine d'Amplats.

La semaine dernière, Amplats a porté plainte pour "intimidation" envers les non grévistes.

La compagnie a souhaité que des dirigeants d'Amcu soient emprisonnés, notamment pour avoir enfreint les règles sur les piquets de grève, qui sont établis en dehors des sites.

sk/arb/jmc/mba

PLUS:hp