DIVERTISSEMENT

Young the Giant: un retour réfléchi (ENTREVUE)

24/02/2014 10:33 EST | Actualisé 03/03/2014 10:23 EST
Credit: Young the Giant / Lauren Dukoff

Multiplication de groupes indie-rock, la compétition est féroce et il est parfois difficile de conserver l’attention des médias et du public après avoir passé l’engouement et l’effet découverte d’un premier album. Il n’en était rien pour effrayer Young the Giant... Certains auraient pu croire que la formation californienne s'était effacée du paysage indie-rock, mais elle a plutôt pris une longue pause pour réfléchir à son identité musicale.

Avec ses deux premiers extraits My Body et Cough Syrup, Young the Giant s’est hissé au sommet de nombreux palmarès alternatifs en 2010. Le quintet nous revient donc près de quatre ans plus tard avec un second effort intitulé Mind Over Matter. En tournée nord-américaine depuis le lancement de ce disque à la fin janvier, le groupe sera de passage au Métropolis de Montréal le 6 mars prochain.

Un retour, non pas sans obstacle

En entrevue avec Le Huffington Post Québec, le guitariste de la formation, Jacob Tilley a d’abord expliqué la signification du titre de leur opus, Mind Over Matter. « Cela fait référence au processus même de la création de notre album. Il y a bien sûr une question d’obstacles, mais ils ne sont que le fruit de notre imagination et c’est aussi ce qu’on voulait refléter. On ne souhaitait pas prendre position, à savoir si les épreuves sont bonnes ou mauvaises et si elles aident vraiment à se surpasser. Le concept s’est plutôt orienté vers le fait que les obstacles que l’on s’invente soi-même sont les seuls qui peuvent réellement nous détruire. »

Panne d’inspiration, quête de soi, questionnements, Young the Giant a cherché à se sentir mieux dans sa peau avant de passer à la production d’un deuxième effort. Inversement de plusieurs bands qui sautent en studio dès le moment venu, les gars n’ont ressenti aucune pression. « C’est un album qu’on a pris le temps de réfléchir. Après la tournée, je crois que nous avons pris une année complète pour relaxer. Il y a tellement d’artistes qui sont stressés à l’idée de produire un deuxième CD, mais tout n’a pas besoin d’être fait sous pression », indique Tilley.

Un processus de création hanté…

Pour concevoir leur disque de fil en aiguille, les membres de Young the Giant ont choisi de louer différentes maisons en Californie et dans le reste des États-Unis. Ils ont même consenti à louer une demeure apparemment hantée. «Pour nous, on y voyait là une certaine occasion d’explorer, même si cela nous terrifiait en même temps. On a emménagé là-bas pour l’Halloween et on y a fait une grosse fête étant donné qu'on n'avait pas encore de meubles.» De toute évidence, leur passage dans cette maison de l’est de Los Angeles a été rempli d’étranges anecdotes. «Dès le départ, certains d’entre nous ont vécu des expériences, disons paranormales. Il y a assurément des choses qui cassaient, des pièces lourdes qui tombaient alors que personne n’était autour», poursuit le guitariste.

Créer ensemble dans un même lieu comportait aussi son lot de bons côtés. Selon Jacob Tilley, par ce procédé, il n’y avait pas de leader dans le groupe. «Le leader, ce n’est pas nécessairement le chanteur (Sameer Gadhia). […] Ce que l’on créait pour le disque, on le faisait tout le monde ensemble. L’un d’entre nous amenait une idée. Parfois, un gars y ajoutait une couche, puis une autre... On revenait plus tard sur notre maquette, puis quelqu’un avait un nouveau petit quelque chose à ajouter dessus.»

Cohésion, maturité, voix plus affirmée de la part de Sameer Gadhia, Young the Giant saura plaire à son public avec Mind Over Matter. Sans non plus réinventer la roue du rock et de la pop, le quintet propose des hymnes bien sentis, tels Firelight, Crystallized et It’s About Time. Les fans montréalais pourront en découvrir la version scénique le 6 mars prochain au Métropolis. Pour plus de détails sur la vente des billets, cliquez ici.

EN MUSIQUE:

Young the Giant en quelques titres

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?