NOUVELLES

Rambo dit représenter l'industrie de la construction et la Côte-Nord en entier

24/02/2014 10:15 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le représentant syndical de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord, Bernard Gauthier, surnommé Rambo, a déjà dit à des enquêteurs de la Commission de la construction qu'il représentait non seulement les travailleurs de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord, mais toute l'industrie de la construction de la Côte-Nord, voire toute la région de la Côte-Nord.

L'enquêteur de l'Unité des enquêtes spéciales à la Commission de la construction du Québec, Jean-François Sabourin, a rapporté ces propos, et d'autres du même genre, que lui et une de ses collègues de la CCQ ont entendus de M. Gauthier, lundi, à la Commission Charbonneau.

M. Gauthier, selon lui, a une volonté de tout contrôler aux chantiers de La Romaine.

C'est lui qui veut choisir quels employés de la région les entrepreneurs peuvent embaucher. Et il n'aime pas voir des syndiqués des autres organisations syndicales, au point où il a déjà retiré lui-même d'un chantier son meilleur opérateur de machinerie lourde pour l'affecter à un autre chantier, afin de punir un employeur qui avait embauché trop de syndiqués de la CSN-Construction.

«Bernard Gauthier m'a déjà mentionné, lors d'une rencontre en 2010, qu'il estimait, lui, qu'il devait être consulté lors de tout mouvement de main-d'oeuvre», a rapporté l'enquêteur Sabourin.

M. Gauthier, le représentant syndical régional de la section locale 791, celle des opérateurs de machinerie lourde affiliés à la FTQ-Construction, a déjà répondu au représentant d'un employeur sur la Côte-Nord: «j'ai les meilleurs travailleurs. Si tu ne passes pas par moi, si tu demandes des références d'autres associations syndicales, oublie-moi, oublie les bons travailleurs.»

Ces employeurs dépendent donc de M. Gauthier pour se voir affecter les meilleurs opérateurs de machinerie et celui-ci peut se servir de son pouvoir pour ralentir un chantier ou lui nuire, a expliqué l'enquêteur de la CCQ. Pour les employeurs, les décisions de M. Gauthier peuvent occasionner une perte de productivité, voire des coûts supplémentaires.

«Diriez-vous qu'Hydro-Québec (le donneur d'ouvrage à La Romaine) craint Rambo et ses méthodes?» lui a demandé le commissaire Renaud Lachance.

«Oui, il y a une crainte que ça perturbe l'exécution des travaux», a concédé l'enquêteur de la CCQ.

M. Sabourin a rapporté deux arrêts de travail qui ont eu lieu à La Romaine en novembre 2009 et juin 2011 pour lesquels M. Gauthier a été montré du doigt.

Les employeurs concernés par ces deux arrêts ont rapporté avoir perdu ces journées-là respectivement 263 000 $ et 300 000 $.

Pour le second arrêt de travail, Bernard Gauthier a dû payer une pénalité de 8000 $ et les deux autres délégués de chantier une pénalité de 50 $ et de 75 $. M. Sabourin ne croit pas que ce soit eux qui aient déboursé le montant des pénalités. Il a noté qu'ils étaient représentés par un avocat de la FTQ-Construction.

«Un personnage comme Bernard Gauthier rapporte beaucoup au syndicat, à la FTQ-Construction?» lui a demandé Me Denis Houle, avocat de l'Association des constructeurs de routes et grands travaux.

«Je crois qu'il rapporte beaucoup», a admis M. Sabourin.

À l'occasion de son contre-interrogatoire, l'avocat de la FTQ-Construction, Me Robert Laurin, a tenté de démontrer que depuis que Bernard Gauthier avait été embauché sur la Côte-Nord, il y avait moins de travail au noir qu'auparavant sur la Côte-Nord et qu'il y en avait moins que dans les autres régions du Québec. L'enquêteur Sabourin n'a toutefois pu entériner les dires de l'avocat, puisqu'il ne travaille pas à ces dossiers.

L'enquêteur de la CCQ a fait un relevé du traitement des plaintes contre Bernard Gauthier: dans trois cas il y a eu une déclaration de culpabilité; dans un cas de poursuite conjointe contre différentes personnes dont Bernard Gauthier, ce dernier a été déclaré non coupable; et dans un dossier il a été déclaré non coupable.

PLUS:pc