NOUVELLES

L'Ukraine émet un mandat d'arrestation contre le président Ianoukovitch

24/02/2014 08:29 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

SEVASTOPOL, Ukraine - Le gouvernement intérimaire ukrainien a émis lundi un mandat d'arrestation contre le président Viktor Ianoukovitch, qui est maintenant accusé de multiples crimes à l'endroit des manifestants qui ont protesté contre son gouvernement pendant plusieurs semaines.

La Russie a sévèrement critiqué cette mesure, la comparant à une «mutinerie armée».

M. Ianoukovitch aurait trouvé refuge dans la péninsule pro-russe de la Crimée, sur la mer Noire.

Les appels se multiplient en Ukraine pour que M. Ianoukovitch soit traduit en procès, après une présidence tumultueuse pendant laquelle il a accumulé les pouvoirs, enrichi ses proches et sévi contre l'opposition. La colère de la population a explosé la semaine dernière quand des tireurs d'élite du gouvernement ont tué des dizaines de manifestants, à l'occasion des pires violences à frapper le pays depuis son indépendance en 1991.

Le président du Parlement, Oleksandre Turchinov, a provisoirement été nommé à la présidence d'un pays dont l'économie est au bord du gouffre et dont les allégeances oscillent entre la Russie et l'Union européenne.

La Russie et l'UE ont d'ailleurs semblé camper leurs positions dans le conflit, lundi.

Le premier ministre russe Dimitri Medvedev a remis en question la légitimité des nouvelles autorités ukrainiennes. Des agences de presse russes rapportent qu'il a déclaré que les dirigeants intérimaires ont pris le pouvoir dans le cadre d'une «mutinerie armée», ce qui fait planer des «doutes importants» sur leur légitimité.

L'ambassadeur de l'Ukraine aux Nations unies, qui appuie l'opposition, assure cependant qu'il n'y a eu aucune mutinerie contre M. Ianoukovitch.

L'ambassadeur Yuriy Sergeyev a déclaré en conférence de presse, lundi, que le président avait fui Kiev en secret, qu'il avait quitté ses fonctions et qu'il s'était «détruit lui-même».

«Je demande que l'on cesse de répandre des mensonges au sujet de la nature des changements politiques en Ukraine», a-t-il déclaré.

À Bruxelles, le porte-parole de la Commission européenne, Olivier Bailly, a déclaré que le «président intérimaire» Oleksandre Turchinov rencontrerait, lundi à Kiev, la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

M. Turchinov a dit espérer pouvoir annoncer la formation d'un nouveau gouvernement de coalition mardi. M. Turchinov est un proche allié politique de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko, qui a été libérée de prison au cours des derniers jours.

Le ministre intérimaire de l'Intérieur, Arsen Avakhov, a déclaré sur sa page Facebook officielle, lundi, qu'un mandat d'arrestation a été émis contre M. Ianoukovitch et plusieurs autres dirigeants pour les «meurtres en série de civils».

Au moins 82 personnes, principalement des manifestants, ont été tuées à Kiev la semaine dernière. Après avoir signé une entente avec l'opposition vendredi, M. Ianoukovitch a fui la capitale à destination de la partie orientale du pays. M. Avakhov affirme que le président a tenté, sans succès, de prendre un vol au départ de Donestsk, avant de se réfugier en Crimée dimanche.

M. Ianoukovitch a ensuite viré ses gardes de sécurité et mis fin à toute communication.

«Ianoukovitch est disparu», a dit M. Avakhov.

L'agence de presse russe Interfax rapporte que la sécurité a été renforcée le long de la frontière ukrainienne.

Pendant ce temps, la tension monte en Crimée, dans le sud de l'Ukraine. «Des extrémistes ont pris le pouvoir à Kiev et nous devons défendre la Crimée. La Russie doit nous aider», a déclaré Anatali Mareta, le leader de la milice cosaque de Sevastopol.

Le directeur de l'administration municipale de Sevastopol a démissionné lundi et des manifestants ont remplacé un drapeau ukrainien près de l'hôtel de ville par un drapeau russe.

Le ministre intérimaire des Finances a indiqué lundi que le pays a besoin de 25,5 milliards d'euros pour financer le gouvernement cette année et l'an prochain. Il a dit espérer pouvoir compter sur l'aide de l'Union européenne ou des États-Unis.

Le ministre Iouri Kolobov a dit que l'Ukraine espère obtenir un prêt d'urgence d'ici deux semaines et a appelé à une conférence de donateurs internationaux pour discuter d'une aide à son pays.

PLUS:pc