NOUVELLES

La troïka de retour à Athènes après deux mois d'attente

24/02/2014 07:52 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

Les hauts représentants de la troïka UE-BCE-FMI ont repris lundi à Athènes leur examen des comptes du pays en vue du déblocage d'une nouvelle tranche de prêts et de la conclusion de leur audit déjà maintes fois retardée, a-t-on appris auprès du ministère des Finances.

"Les discussions débutent aujourd'hui. Nous espérons qu'elles aboutissent d'ici le 10 mars en raison des remboursements de prêts auxquels le pays va faire face", a indiqué à l'AFP une source au ministère des Finances.

Le 10 mars se tiendra la prochaine réunion mensuelle des ministres des Finances de la zone euro.

La Grèce, toujours privée d'accès aux marchés d'emprunts à long terme, fera face fin avril à des échéances d'un montant de 6,6 milliards d'euros, selon l'Agence grecque de la dette (PDMA).

Il y aura aussi "des besoins de financement importants en mai", avait souligné la semaine dernière à Bruxelles le ministre des Finances Wolgang Schäuble.

Le pays attend le déblocage de prêts d'un montant d'environ 8,5 milliards de la part de la zone euro, sur un total de 10,1 milliards d'euros restant à verser dans le cadre du second plan d'aide qui s'achève fin 2014.

S'y ajoutent, selon l'agence de presse grecque Ana (semi-officielle) des prêts d'un montant de 3,6 milliards d'euros attendus de la part du FMI.

Les hauts représentants de la troïka avaient quitté Athènes le 17 décembre poursuivant à distance des discussions décrites comme "ardues" par le ministre des Finances Yannis Stournaras. Leur retour avait depuis été maintes fois annoncé par la presse grecque, puis repoussé.

Les créanciers de la Grèce ont entamé fin septembre ce quatrième audit des comptes et des réformes du pays dans le cadre du second programme d'assistance au pays lancé en mars 2012.

"Nous travaillons dur pour être prêts; nous avons encore des questions à régler mais j'espère que d'ici le prochain Eurogroupe, on va y arriver", a indiqué M. Stournaras aux médias ce week-end.

Des désaccords étaient apparues en décembre entre les deux parties, notamment sur l'appréciation des besoins budgétaires de la Grèce pour 2014 et les éventuelles mesures à prendre.

Au coeur du round de négociations qui a débuté lundi figure notamment l'adoption de mesures levant des entraves à la concurrence et à la baisse de prix sur plusieurs marchés, comme celui du lait ou des médicaments, selon un diagnostique porté récemment par l'OCDE.

"Il y a encore beaucoup de travail à faire", avait averti la semaine dernière le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn

En échange de mesures d'austérité et de réformes draconiennes, la Grèce a déjà reçu deux programmes de prêts de 240 milliards d'euros au total et a bénéficié d'un effacement de dette de 107 milliards d'euros consenti par ses créanciers privés.

jph-smk/ros

PLUS:hp