NOUVELLES

De jeunes Autochtones interpellent les gouvernements

24/02/2014 03:38 EST | Actualisé 25/04/2014 05:12 EDT

Une vingtaine de jeunes Autochtones sont arrivés à Ottawa, lundi, certains en provenance d'Attawapiskat, après une marche de 1700 kilomètres qui duré 49 jours. Ils  dénoncent notamment les problèmes de logement et d'éducation ainsi que le taux de suicide élevé auxquels font face les résidents des réserves autochtones.

L'un d'entre eux, Gordon Hookimaw, a vendu son iPhone pour avoir les moyens de rejoindre le groupe. Il a quitté sa réserve à l'âge de 15 ans. Ses souvenirs de jeunesse sont marqués par l'alcool, la drogue, les abus psychologiques.

Ces jeunes sont arrivés à Ottawa  au moment où les jeunes membres d'une soixantaine de communautés du Nord ontarien ont rendu public un rapport accablant sur leur milieu de vie. Intitulé Les plumes de l'espoir, il propose un plan qui permettrait de changer les choses.

« Tout ce que les jeunes veulent, c'est être heureux... être en sécurité », explique la coauteure du rapport Samantha Crowe.

Après avoir écouté les témoignages de quelque 160 jeunes dans 64 communautés ontariennes, le groupe propose un plan de cinq ans pour endiguer la crise.

« À quel point on décide qu'on fait face aux épidémies au Canada », s'est questionnée l'une des commissaires de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, Marie Wilson, venue les appuyer.

Le ministre fédéral promet d'étudier le rapport, mais souligne que le gouvernement a récemment augmenté le financement pour l'éducation.

PLUS:rc