NOUVELLES

Centrafrique: le général commandant l'opération française récuse les termes de "nettoyage ethnique"

24/02/2014 06:42 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

Le général Francisco Soriano, commandant de l'opération française en Centrafrique, a récusé lundi les termes de "nettoyage ethnique" utilisés par des ONG pour qualifier les déplacements de populations dans ce pays.

"Il n'y a pas de nettoyage ethnique dans ce pays. Certaines populations, notamment la population musulmane, subissent une forte pression de certaines milices armées", a-t-il déclaré sur Europe 1.

Lorsque ces populations sont étrangères, "leurs pays ont procédé à l'évacuation de leurs ressortissants" a dit le général, en référence en particulier au Tchad voisin.

Certaines populations musulmanes centrafricaines "ont peur, certaines se sont déplacées dans la Centrafrique, d'autres en revanche sont restées, protégées par d'autres communautés" estime le général. Selon lui, "la sécurité ramènera ces populations chez elles".

Amnesty international avait mis en garde mi-février contre le "nettoyage ethnique" de civils musulmans qui se déroule selon cette organisation dans l'ouest de la RCA, et que les forces internationales ne "parviennent pas à empêcher".

"Il n'y a pas d'enlisement" des forces françaises en Centrafrique, a par ailleurs affirmé le général Soriano: "il faut comprendre que remettre la Centrafrique sur les rails, ça prendra du temps".

Le Parlement français doit se prononcer mardi sur la prolongation au-delà de quatre mois de l'opération française en RCA, où le nombre des soldats français doit être porté de 1.600 à 2.000. Ils opèrent officiellement en soutien de la Misca, la force africaine de soutien à la Centrafrique, qui compte 6.000 hommes.

dch/rh/jag/nou/hba

PLUS:hp