NOUVELLES

Nigeria: un village déjà attaqué par Boko Haram, de nouveau ciblé

23/02/2014 01:44 EST | Actualisé 25/04/2014 05:12 EDT

Des combattants présumés du groupe islamiste Boko Haram sont retournés dimanche dans un village du nord-est du Nigeria, déjà l'objet d'une attaque le 15 février qui avait fait 106 tués, pour brûler des maisons et semer la terreur, selon un responsable local.

Cette attaque contre Izghe, dans l'Etat de Borno, a eu lieu vers une heure du matin (00H00 GMT), provoquant la fuite des habitants qui étaient revenus dans leurs maisons après la précédente attaque.

"Rien ne reste, à part des ruines brûlées", a déclaré à l'AFP Maina Ularamu, président du gouvernement local de la région de Madagali, dans l'Etat voisin d'Adamawa.

Izghe se trouve dans le district de Gwoza (Etat de Borno), mais ses habitants ont des liens étroits avec ceux de Madagali, en raison de la proximité géographique et des appartenances ethniques.

Une personne a été blessée au cours de l'attaque de dimanche, et même les vieux habitants qui voulaient rester sur leurs terres ont dû fuir vers Madagali, a précisé Maina Ularamu.

Quelque 10.000 habitants de Izghe et des villages alentours s'étaient déjà réfugiés à Madagali à la suite de l'attaque du 15 février,

"Nous sommes confrontés à des problèmes humanitaires car les déplacés ont grand besoin d'une aide d'urgence que nous ne pouvons leur fournir", a expliqué le responsable local.

Boko Haram revendique la création d'un Etat islamique dans le nord du Nigeria, à majorité musulmane. Le sud du pays est majoritairement chrétien.

Depuis 2009, les violences perpétrées par le groupe extrémiste ont secoué tout le Nord, mais l'insurrection semble maintenant se concentrer dans le nord-est, pourtant sous état d'urgence depuis mai.

Le gouverneur de l'Etat de Borno, Kashim Shettim, a récemment estimé que l'armée nigériane était dépassée dans sa lutte contre les islamistes de Boko Haram et devait recevoir des renforts en urgence.

abu/phz/rmb/jpc/de

PLUS:hp