NOUVELLES

Un kamikaze s'est fait exploser à un point de contrôle de l'armée au Liban

22/02/2014 02:47 EST | Actualisé 24/04/2014 05:12 EDT

BEYROUTH - Un kamikaze s'est fait exploser à un point de contrôle de l'armée dans la ville d'Hermel située dans le nord-est du Liban, samedi, après que des troupes eurent tenté de fouiller son véhicule.

Ce dernier incident en lice lié à la guerre civile qui secoue la Syrie voisine a tué et blessé plusieurs personnes, dont des soldats, selon un responsable de l'armée et l'agence de presse du pays.

Le général de l'armée n'avait pas de détails sur l'étendue des blessures des victimes, mais l'Agence nationale de l'information a indiqué qu'une personne a été tuée. Quatorze blessés ont été transportés dans trois hôpitaux de la région.

La ville d'Hermel est un bastion du groupe chiite Hezbollah. Le 1er février, un attentat-suicide perpétré dans une station-service de la ville avait tué au moins trois personnes.

L'armée libanaise est sur le pied d'alerte à la recherche de voitures suspectes de crainte que d'autres attaques suicides n'ébranlent le pays. Les autorités ont intercepté une demi-douzaine de suspects qui auraient planifié des attentats à travers le pays.

Mercredi dernier, deux kamikazes ont fait exploser leurs voitures près d'un centre culturel iranien à Beyrouth, tuant au moins huit personnes et en blessant plusieurs autres, dont des enfants d'un orphelinat.

Au cours des derniers mois, une série d'attaques ont été perpétrées dans des secteurs à prédominance chiite au Liban.

Des groupes liés à Al-Qaïda ont revendiqué la plupart de ces attentats, mentionnant qu'il s'agissait de représailles pour l'implication du Hezbollah aux côtés du président syrien Bachar el-Assad dans la guerre civile syrienne. L'organisation chiite a promis de continuer son combat en Syrie.

PLUS:pc