NOUVELLES

Ukraine : des responsables de l'est contestent la légitimité du Parlement

22/02/2014 09:04 EST | Actualisé 24/04/2014 05:12 EDT

Un groupe de responsables politiques des régions pro-russes de l'est et du sud de l'Ukraine a remis en cause vendredi la "légitimité" du Parlement ukrainien, estimant qu'il travaille actuellement "sous la menace des armes".

"Les événements des derniers jours dans la capitale ukrainienne ont conduit à la paralysie du pouvoir central et à la déstabilisation de la situation au gouvernement", est-il écrit dans une déclaration publiée au cours d'un congrès à Kharkiv, une ville industrielle de l'est, et signée par des responsables municipaux et des parlements locaux de plusieurs régions russophones.

Le pays traverse actuellement une crise politique sans précédent et les heures de Viktor Ianoukovitch à la présidence semblent désormais comptées après la médiation politique des Européens et les violences dans le centre de Kiev qui ont coûté la vie à près de 80 personnes cette semaine.

"La Rada (Parlement) travaille dans des conditions de terreur, sous la menace des armes et de meurtre", notent les auteurs du texte.

"Les décisions du Parlement prises dans ces conditions amènent à douter de sa bonne volonté, de sa légitimité et de sa légalité", relèvent-ils.

"L'intégrité territoriale et la sécurité de l'Ukraine se trouvent menacées", estiment-ils encore.

L'Ukraine, pays de 46 millions d'habitants, est divisée entre l'est russophone et russophile, majoritaire, et l'ouest nationaliste et ukrainophone.

L'objectif de ce congrès, auquel participent près de 4.000 délégués, est d'"éviter le bain de sang dans les régions", avait auparavant indiqué le gouverneur de la région de Kharkiv, Mikhaïlo Dobkine, en ouvrant la réunion.

Y participent également de hauts responsables parlementaires russes dont le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma (chambre basse du Parlement russe), Alexeï Pouchkov.

"Il n'y a pas un grain de séparatisme dans ce congrès. Le principal message dans les interventions est +nous ne voulons pas diviser le pays", a écrit M. Pouchkov sur son compte Twitter.

Environ 10.000 partisans du président Viktor Ianoukovitch étaient rassemblés devant le lieu abritant le congrès, brandissant des affiches sur lesquelles on pouvait lire "Les mineurs du Donbass contre l'extrémisme !" ou "nous sommes contre le fascisme !", ont constaté des journalistes. Quelque 500 opposants manifestaient non loin de là.

bob-ahe/neo/bds

PLUS:hp