NOUVELLES

Syrie: le Conseil de sécurité s'entend sur une résolution sur l'aide humanitaire

22/02/2014 02:53 EST | Actualisé 24/04/2014 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est entendu pour une première fois sur une résolution à propos de la crise humanitaire en Syrie, samedi, demandant au régime de Bachar el-Assad et à l'opposition syrienne d'autoriser immédiatement l'accès des convois d'aide humanitaire à toutes les régions du pays.

Le sort de la résolution reposait entre les mains des représentants russes et chinois, les principaux alliés de la Syrie.

Ils ont finalement décidé de joindre leur voix aux 15 membres du conseil pour envoyer un message fort au gouvernement syrien et empêcher que le transport de produits de première nécessité destinés aux civils — dont la nourriture et les médicaments —, ne soit bloqué par les deux camps.

Sous l'influence de la Russie, les membres du conseil n'ont pas inclus de sanction à la résolution dans l'éventualité où elle n'était pas mise en application. Ils ont néanmoins fait part de leur intention d'adopter des «mesures supplémentaires» si tel devait être le cas.

Toutes les résolutions du Conseil de sécurité sont juridiquement contraignantes mais leur réalisation sur le terrain n'est pas assurée puisqu'elles ne sont pas dotées de véritables dispositifs assurant leur mise en application.

Le secrétaire-général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré après l'adoption de la résolution que ce texte «n'aurait pas dû être nécessaire car l'aide humanitaire ne devrait pas être négociée».

«La moitié de la population du pays a besoin d'une aide d'urgence. Et les pays accueillant les 2,5 millions de réfugiés syriens ont eux aussi besoin de soutien», a-t-il souligné.

Selon lui, on dénombre environ 200 000 personnes assiégées dans des zones contrôlées par les forces gouvernementales et 45 000 autres dans celles qui se trouvent aux mains des rebelles.

La Russie et la Chine ont opposé dans le passé leur veto à trois résolutions qui pressait le président el-Assad de mettre un terme à la guerre civile qui a fait, selon des activistes, plus de 136 000 victimes.

PLUS:pc