NOUVELLES

Égypte: six policiers sont acquittés en lien avec la mort de militants en 2011

22/02/2014 10:20 EST | Actualisé 24/04/2014 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Six policiers accusés en lien avec le meurtre de 83 manifestants pendant la révolution égyptienne de 2011 ont été acquittés par un tribunal égyptien, samedi.

Ce jugement illustre une fois de plus, selon des groupes de défense des droits de la personne, l'incapacité de la justice égyptienne à tenir les autorités du pays responsables de leurs actes criminels pendant le soulèvement populaire. Le printemps arabe de 2011 avait conduit au renversement du président égyptien de longue date, Hosni Moubarak.

Les avocats des policiers de différents commissariats d'Alexandrie ont nié que les agents aient été responsables du massacre des militants. Lors d'une audience, le 19 janvier, ils avaient soutenu que les Frères musulmans étaient les «véritables assassins» des manifestants.

Des experts juridiques ont souligné qu'il serait difficile de déterminer l'identité des responsables de ces meurtres en raison du chaos qui régnait à l'époque.

Il reste qu'aucun policier accusé relativement à la mort des militants en 2011 n'a été incarcéré à ce jour. Des groupes de défense des droits de la personne accusent le système judiciaire égyptien de protéger les forces de l'ordre au détriment de la justice.

Les acquittements ont par ailleurs coïncidé avec la comparution en cour du président déchu Mohammed Morsi, chassé du pouvoir en juillet par un coup d'État de l'armée. M. Morsi et 130 autres individus sont sous le coup d'accusations criminelles relativement à l'évasion de prison de 20 000 détenus pendant la révolution égyptienne.

M. Morsi a comparu dans une salle d'audience du Caire samedi avec 25 autres individus accusés en lien avec cette évasion de prisonniers.

L'ex-président s'était lui-même évadé de prison pendant le soulèvement populaire avant de devenir, un an plus tard, le premier président élu démocratiquement en Égypte.

Le procès a été ajourné à lundi, les avocats ayant demandé à ce que le dossier soit transféré devant un comité de magistrats différent.

PLUS:pc