NOUVELLES

Un ex-leader islamiste libyen mort dans le crash d'un avion en Tunisie

21/02/2014 07:59 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

Un ex-leader islamiste radical libyen et membre du premier gouvernement de transition, Meftah al-Mabrouk Issa al-Dhawadi, figurait parmi les 11 passagers qui ont péri dans le crash d'un avion militaire médicalisé près de Tunis, ont annoncé vendredi des responsables à Tripoli.

Cheikh Dhawadi était "malade" et en route pour Tunis pour des soins quand son avion s'est écrasé dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé le gouvernement dans un communiqué sans mentionner les fonctions de la victime dans le précédent gouvernement.

Dhawadi était l'ancien émir du groupe islamique combattant libyen (Gicl), interdit sous le régime de Mouammar Kadhafi renversé et tué en 2011 après huit mois de rébellion.

Le vice-ministre de la Défense, Khaled al-Chérif, qui fut lui aussi un membre du Gicl, a annoncé sur sa page Facebook la mort de son ex-leader dans le crash.

L'avion s'est écrasé dans la région de Grombalia, à une quarantaine de km au sud de Tunis alors qu'il effectuait un vol entre l'aéroport militaire de Miitiga à Tripoli et Tunis, tuant ses onze passagers.

Selon un représentant de la protection civile sur le site de l'accident, tout juste avant de disparaître des écrans radar, le pilote a indiqué à la tour de contrôle de l'aéroport de Tunis qu'il avait subi une panne de moteur.

Cheikh Dhawadi était accompagné par un certain Tahar Abdelmoula al-Chérif, dont le nom figure sur la liste des passagers, selon le communiqué du gouvernement. Un autre "malade" et ses deux accompagnateurs, ainsi qu'un médecin et cinq membres d'équipage étaient aussi à bord de l'avion.

Ancien jihadiste, cheikh Dhawadi a fait partie du premier gouvernement de transition d'Abdelrahim al-Kib (2011-2012), après la chute du régime Kadhafi, occupant le poste de vice-ministre des Affaires des familles des martyrs, des disparus et des blessés de la révolution.

De son nom de guerre Abou Abd El-Ghafar, il était l'un des tout premiers fondateurs du Gicl qui oeuvrait à renverser le régime Kadhafi pour le remplacer par un Etat islamique.

Traqués par le pouvoir libyen, cheikh Dhawadi et d'autres membres du groupe avaient trouvé refuge en Afghanistan où ils avaient participé aux combats contre les forces soviétiques, aux côtés d'autres combattants arabes.

En 1992, il avait été remis au régime Kadhafi par les autorités égyptiennes. Après plus de 18 ans en prison, il a été libéré le 16 février 2011, à la veille du déclenchement de la révolte contre le pouvoir.

Il avait participé activement à la rébellion, avant d'être nommé président du Conseil militaire de Sabratha, sa ville natale, à 70 km à l'ouest de Tripoli.

Comme cheikh Dhawadi et Khaled al-Chérif, d'autres leaders du Gicl avaient occupé après la révolution des postes de responsabilité.

Les autorités affirment contrôler l'immense aéroport militaire de Miitiga, mais selon différentes informations des milices y sont présentes.

ila/tp

PLUS:hp