NOUVELLES

Sotchi 2014: l'équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste rate son objectif

21/02/2014 04:51 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT
Agence QMI

SOTCHI, Russie - L'objectif était de cinq médailles, mais les patineurs de vitesse courte piste n'en ramèneront que trois (1-1-1) des Jeux olympiques de Sotchi.

Malgré cela, le directeur national de l'équipe canadienne, Yves Hamelin, refuse de parler de déception.

«C'est un mot que j'utilise rarement. Ç'a été des jeux difficiles, nous avons connu des moments difficiles, mais je ne suis pas déçu», a affirmé Hamelin, père de deux patineurs de l'équipe, Charles et François.

«L'équipe a été rigoureuse dans sa préparation au cours des derniers mois. Tout le monde a fait du travail impeccable. Je ne peux pas utiliser le mot déception. Nos athlètes auraient pu obtenir des résultats plus satisfaisants, mais ils sont restés solides malgré les épreuves. Cette attitude a aidé le jeune Charle Cournoyer à terminer les Jeux en gagnant une médaille. Je leur lève mon chapeau pour ça.»

La médaille de bronze de Cournoyer au 500 mètres messieurs s'ajoute à celle d'or au 1500 mètres que Charles Hamelin a remportée dès la première journée de compétition et à celle d'argent du relais féminin de 3000 mètres. À Vancouver, l'équipe canadienne avait remporté cinq médailles, incluant les deux d'or de Hamelin et les deux d'argent de Marianne St-Gelais.

Selon Hamelin, l'équipe a été victime de la loi implacable du patinage de vitesse courte piste. L'équipe a multiplié les chutes inexplicables en piste. La première, celle de François Hamelin en demi-finale du relais 5000 mètres, a provoqué une réaction en chaîne. Charles Hamelin a chuté bêtement dans les deux autres distances individuelles tandis que Marianne St-Gelais a trébuché au 1000 mètres. Vendredi, ce fut au tour de Valérie Maltais de finir sa course dans les matelas au 1000 mètres.

«C'est une discipline sportive où tout ne tient toujours qu'à un fil, a expliqué Hamelin. Quand la glace est ramollie, comme c'était le cas ici, c'est plus délicat encore. L'autre chose, c'est qu'il y a plus de pays qui sont compétitifs. Nous l'avons vu ici, avec des médaillés de plusieurs pays. Il y a davantage de profondeur. Même les Américains ont eu des Jeux difficiles. Les Asiatiques, les Russes et les Néerlandais ont été forts.»

Les patineurs canadiens ont déjà hâte de participer aux Championnats du monde qui seront présentés à Montréal, à la mi-mars.

«Ça ne s'est pas passé comme nous le souhaitions, a résumé Valérie Maltais, qui sera de retour aux Jeux de 2018. Nous savons que l'équipe aurait pu gagner plus de médailles. Mais ça fait partie du sport. Tout le monde s'est serré les coudes. Dans nos réunions, les dirigeants étaient positifs. Je suis confiante que l'équipe va revenir plus forte dès les prochaines compétitions, à commencer par les Mondiaux de Montréal.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Sotchi 2014 en photos