NOUVELLES

Plus de lobbyistes inscrits au registre du Québec

21/02/2014 07:55 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

La culture du lobbyisme institutionnel ouvert et transparent s'implante de plus en plus au Québec.

Le bilan du commissaire au lobbyisme, François Casgrain, rendu public vendredi, laisse croire que les différents groupes et individus qui veulent faire valoir leurs intérêts auprès du gouvernement provincial apprivoisent en nombre grandissant l'encadrement officiel de leurs pratiques.

Bien qu'il reconnaisse que le lobbyisme soulève encore beaucoup de scepticisme au sein de la population, le commissaire estime que son travail de sensibilisation ainsi que ses activités de surveillance et de contrôle ont permis de démystifier le phénomène et d'instaurer une plus grande transparence.

Malgré tout, il constate que le registre des lobbyistes ne donne pas encore un portrait complet de la réalité. Ainsi, alors que les experts en relations gouvernementales et relations publiques sont plus nombreux à se soumettre à l'obligation de s'inscrire au registre, le commissaire Casgrain note une sous-représentation des entreprises et des professionnels exerçant des mandats pour le compte de clients.

Du côté des données, le registre comptait 288 lobbyistes après sa première année en 2002-2003. Dix ans plus tard, à la fin de l'année 2012-2013, ils étaient au nombre de 3654. Or, le nombre de lobbyistes inscrits au registre dépasse maintenant 5000.

Le commissaire attribue les augmentations plus marquées depuis 2012 d'une part à la sensibilisation, la surveillance et le contrôle, mais aussi à l'adoption et l'application de mesures permettant d'assurer le respect de la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme.

Sans nommer directement la commission Charbonneau et les enquêtes de l'Unité permanente anticorruption, le commissaire ajoute que « le contexte actuel tend également à favoriser les inscriptions au registre ».

De leur côté, les citoyens et les médias se sont activement intéressés à la pratique du lobbyisme. En 2012-2013, le nombre de consultations du registre s'est établi à 97 484, comparativement à 43 176 deux ans auparavant, en 2010-2011, soit une augmentation de plus de 225 %.

Malgré des progrès importants quant à la transparence en matière de lobbying, le commissaire estime essentiel que des modifications soient apportées rapidement à la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme afin d'en renforcer l'esprit et l'application.

PLUS:rc