NOUVELLES

Le pétrole recule légèrement à New York, fragilisé par des prises de profit

21/02/2014 09:46 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

Les prix du pétrole ont ouvert en légère baisse vendredi à New York, dans un marché engrangeant quelques bénéfices après s'être fortement apprécié cette semaine, mais qui restait prudent avant une nouvelle vague de froid aux Etats-Unis.

A 14H20 GMT, le baril de référence (WTI) pour livraison en avril, dont c'était le premier jour en tant que contrat de référence, perdait 24 cents, à 102,51 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

La légère perte de terrain du marché de l'or noir américain "résulte en partie d'un petit mouvement de prises de bénéfice dans un marché qui est monté peut-être un peu trop haut cette semaine", a noté Bob Yawger, de Mizuho Securities USA.

Malgré leur léger recul, les prix du WTI évoluaient en hausse de plus de 2% par rapport à la semaine dernière, après avoir clôturé mercredi à leur plus haut niveau depuis le 8 octobre, à 103,31 dollars.

Les opérateurs restaient toutefois prudents alors que des prévisions météorologiques faisaient état d'une nouvelle vague de froid et de neige au cours des dix prochains jours aux Etats-Unis "avec des températures nettement en deçà des normales saisonnières au début du mois de mars", a relevé M. Yawger.

"Ces conditions risquent de susciter un nouvel engouement pour les produits (distillés) dès la semaine prochaine", dont le fioul de chauffage, a relevé Matt Smith, de la note d'information pétrolière Daily Distillation.

Les Etats-Unis connaissent depuis le début de l'année un hiver particulièrement rigoureux, marqué par une série de tempêtes de neige et de vagues de froid polaires dans le nord-est et le centre du pays, ce qui a nettement augmenté la demande en produits distillés.

Selon le département américain de l'Energie (DoE), ces stocks ont plongé de 10,9 millions de barils par rapport à l'an dernier à la même période au cours de la semaine achevée le 14 février, soit une chute de 8,8% sur un an.

Les opérateurs ont toutefois été surpris jeudi, à la parution du rapport du DoE, par une baisse moins importante que prévu de ces réserves la semaine dernière, les analystes l'attribuant a posteriori à une légère progression des importations.

Quoi qu'il en soit, "la pression sur les stocks de produits distillés va se poursuivre, et il sera certainement difficile pour le marché du pétrole américain de baisser notablement" à court terme, a estimé M. Yawger.

ppa/sl/bdx

PLUS:hp