NOUVELLES

Japon: des exemplaires du «Journal d'Anne Frank» ont été vandalisés

21/02/2014 05:25 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

TOKYO - De nombreux exemplaires du «Journal d'Anne Frank», un texte écrit par une jeune adolescente pendant l'occupation allemande aux Pays-Bas, ont été vandalisés dans plusieurs bibliothèques publiques du Japon.

Des pages d'au moins 265 exemplaires du livre ou des ouvrages contenant une biographie d'Anne Frank ont été arrachées dans au moins 31 bibliothèques du Japon, pour une raison qui n'a pas encore été revendiquée. La police de Tokyo a lancé une enquête.

Le ministre de l'Intérieur et des Communications Yoshihide Suga a qualifié le vandalisme de «honteux», ajoutant que le Japon ne tolérerait pas de tels gestes.

Dans les bibliothèques du district de Nakano, les vandales auraient endommagé les livres alors qu'ils s'étaient réfugiés dans des salles de lecture, selon un représentant de la ville, Mitsujiro Ikeda.

«Les livres liés à Anne Frank sont clairement ciblés et ça se produit à travers Tokyo, a-t-il déclaré vendredi. C'est révoltant.»

Dans une autre bibliothèque, tous les livres endommagés pouvaient être trouvés en utilisant les mots clés «Anne Frank» dans une base de données en ligne.

Au moins une bibliothèque a déplacé ses livres liés à Anne Frank derrière un comptoir pour éviter qu'ils ne soient abîmés, mais ils peuvent toujours être empruntés.

Le «Journal d'Anne Frank» a été écrit par l'adolescente à partir de 1942 alors qu'elle était âgée de 13 ans et qu'avec sa famille, elle a vécu cachée pendant deux ans à Amsterdam afin d'échapper aux Allemands nazis.

La famille a finalement été découverte. Anne a été déportée au camp de Bergen Belsen, en Allemagne, où elle est morte à l'âge de 15 ans. Son père a survécu et a publié son journal, qui est devenu l'un des documents liés à l'Holocauste les plus lus au monde.

Le centre Simon-Wiesenthal, un organisme juif basé aux États-Unis et voué à la défense des droits humains, a diffusé un communiqué qualifiant les gestes de «campagne de haine» et a demandé aux autorités de faire davantage d'efforts pour trouver les responsables.

PLUS:pc