NOUVELLES

France: deux femmes, dont une nièce du général de Gaulle, entrent au Panthéon

21/02/2014 07:27 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

PARIS - Quatre personnalités symbolisant la Résistance française durant l'Occupation allemande ont été choisis par le président François Hollande pour être inhumés au Panthéon.

Deux de ces personnalités sont des femmes. Or, les cendres de plusieurs dizaines de personnalités reposent déjà au Panthéon, dans le 5e arrondissement, à Paris, mais ceux d'une seule femme, la physicienne et chimiste Marie Curie, s'y trouvent.

Les deux femmes choisies sont l'ethnologue Germaine Tillion, morte il y a 6 ans, qui a fait partie des premiers résistants quand les Allemands ont envahi la France en 1940. Elle a dirigé un réseau d'évasion de prisonniers de guerre avant d'être arrêtée et déportée dans un camp de concentration; elle y a survécu.

L'autre est une nièce du général Charles De Gaulle, Geneviève De Gaulle-Anthonioz, qui avait 20 ans quand les Allemands ont envahi la France. Cette autre résistante de la première heure a multiplié les actions de renseignement et d'information jusqu'à son arrestation en 1943 et sa déportation en camp de concentration. Elle est morte en 2002.

Pierre Brossolette, un autre choix du président Hollande, s'est jeté par une fenêtre du bâtiment de la Gestapo où il a été conduit en 1942 pour être interrogé et torturé. Il a ainsi évité que des secrets soient livrés à l'ennemi.

Enfin, Jean Zay, un ministre associé à la Troisième République, s'est engagé volontairement dans les troupes françaises à la déclaration de guerre. Il a été arrêté en 1940 par le gouvernement de Vichy et jeté en prison. En 1944, à peine deux mois avant la Libération, il a été sommairement exécuté.

PLUS:pc