NOUVELLES

Des policiers experts en arts martiaux pour contenir les manifestations à Sao Paulo

21/02/2014 04:29 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

Cent quarante policiers spécialisés en arts martiaux devraient être déployés samedi à São Paulo où est prévue une nouvelle manifestation contre la Coupe du monde de football, pour contenir d'éventuels débordements de violences, a annoncé vendredi la police.

Cette nouvelle stratégie destinée à empêcher les actes de vandalisme contre le patrimoine public commis généralement par des anarchistes du Black bloc devra être testée samedi "pour la première fois", a précisé le commandant général de la police militaire de São Paulo, le colonel Benedito Roberto Meira, au site G1 de Globo.

Elaborée depuis trois mois, elle s'inspire d'une expérience de la police française pour contenir des manifestations violentes dans la banlieue de Paris, en 2005, selon G1.

La manifestation de samedi a été convoquée sous le nom "Contre la Coupe du monde" (organisée du 12 juin au 13 juillet) sur Facebook où il est dit que le Brésil vit un "chaos" en raison du manque d'investissements dans les domaines de l'éducation, de la santé et des infrastructures.

Une manifestation similaire s'était déroulée fin janvier dans plusieurs villes du Brésil mais avait remporté peu d'adhésion. Pacifique dans la plupart des villes, elle avait dégénéré en violences à São Paulo où l'un des 2.500 manifestants avait été blessé par balles par la police.

Le 6 février dernier, un caméraman de la chaîne de TV Bandeirantes, Santiago Andrade, a été mortellement atteint à la tête par une fusée de feu d'artifice lancée par un manifestant pendant un défilé contre la hausse du prix des tickets d'autobus à Rio de Janeiro.

Après ces incidents, le gouvernement brésilien a indiqué qu'il préparait un projet de loi pour punir les actes de vandalisme commis pendant les manifestations.

Parallèlement, le Parlement débat d'un projet de loi anti-terroriste qui durcit les sanctions pour les actes de vandalisme et dégâts au patrimoine public.

En juin dernier, une fronde sociale avait secoué le pays en pleine Coupe Fifa des Confédérations: les manifestants, majoritairement jeunes, demandaient l'amélioration des services publics et critiquaient les sommes colossales engagées dans la construction des stades.

Selon un sondage diffusé mardi, 85,4% des Brésiliens pensent que de nouvelles manifestations auront lieu pendant la Coupe du monde.

Toutefois, 82,9% affirment qu'ils n'y participeront pas.

nr/cdo/bap

PLUS:hp