NOUVELLES

Accord en Ukraine: rien ne sera dévoilé "avant la fin de la matinée" (Fabius)

21/02/2014 03:26 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

Un projet d'accord entre le pouvoir ukrainien, l'opposition, l'UE et la Russie, fait l'objet de consultations, et les différentes parties se sont entendues pour "ne rien dire avant la fin de la matinée", a déclaré vendredi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius.

"Nous sommes convenus de ne rien dire avant la fin de la matinée", a déclaré M. Fabius à l'AFP à Pékin, où il venait d'arriver après avoir participé aux négociations à Kiev.

"L'opposition, en particulier, veut pouvoir consulter un certain nombre de ses mandants, ce qui est tout à fait compréhensible", a précisé le ministre, interrogé par la radio privée Europe 1 peu de temps après son arrivée en Chine.

La présidence ukrainienne a annoncé vendredi dans un communiqué que "les négociations pour résoudre la crise politique entre le président Viktor Ianoukovitch, les responsables de l'opposition, et les représentants de l'Union européenne et de la Russie avaient abouti à un accord qui doit être signé à midi (10H00 GMT) à la présidence".

La télévision ukrainienne a quant à elle annoncé que cet accord prévoit une présidentielle anticipée, un gouvernement de coalition et une réforme constitutionnelle, détails que M. Fabius, interrogé par l'AFP, s'est refusé à commenter.

Cette annonce d'accord intervient après un bain de sang jeudi à Kiev, lorsque la police a ouvert le feu sur des manifestants. Quelque 77 personnes ont été tuées dans des affrontements dans la capitale depuis mardi, selon les autorités.

Mais pour le ministre français des Affaires étrangères, l'annonce d'un accord doit pour le moment "rester au conditionnel": "Tant que les choses ne sont pas effectivement faites, il faut rester très prudent", a-t-il dit à Europe 1.

"On a négocié toute la journée et la nuit, plus de cinq heures avec (le président ukrainien Viktor) Ianoukovitch, plusieurs heures avec l'opposition, ensuite les uns et les autres ensemble", a expliqué M. Fabius, qui a joué le rôle de médiateur avec ses homologues allemand, Frank-Walter Steinmeier, et polonais, Radoslaw Sikorski.

"Tous les sujets ont été abordés: à la fois comment mettre fin aux violences, quid de ce qu'on appelle la Constitution de 2004, quid des élections, dans une atmosphère extrêmement difficile parce que hier il y a eu des dizaines et des dizaines de morts et que le pays est ou était - je ne sais pas ce qu'il faut dire - au bord de la guerre civile", a poursuivi le ministre.

"Il y a une évolution très profonde du régime à opérer", a également souligné le ministre français. "La question qui est posée depuis quelques jours est celle du régime".

Les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé jeudi à Bruxelles de priver de visas et de geler les avoirs de responsables ukrainiens.

ial-seb-jug/jh

PLUS:hp