VIDEO

Sotchi 2014: le Canadien Brady Leman termine quatrième en ski cross

20/02/2014 05:06 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT
Julian Finney via Getty Images
SOCHI, RUSSIA - FEBRUARY 20: (R-L) JF Chapuis, Arnaud Bovolenta, Jonathan Midol of France and Brady Leman of Canada make a jump in the final during the Mens Ski Cross Freestyle Skiing at Rosa Khutor Extreme Park on February 20, 2014 in Sochi, Russia. (Photo by Julian Finney/Getty Images)

KRASNAÏA POLIANA, Russie - Les Canadiens Chris Del Bosco, David Duncan et Brady Leman espéraient réaliser un triplé, jeudi, à l'occasion de la deuxième épreuve de ski cross masculin de l'histoire des Jeux olympiques. Mais c'est plutôt la France qui a monopolisé le podium.

Pour ajouter l'insulte à l'injure, Leman a fini quatrième à la suite de la finale disputée à quatre skieurs... comme Del Bosco l'avait fait aux JO de Vancouver en 2010.

«Je me sens juste un petit peu mieux, en ce moment, qu'à Vancouver, a commenté Leman, qui s'était fracturé le tibia lors d'une descente d'entraînement aux JO de 2010. Ç'a été difficile de regarder mes coéquipiers des gradins à l'époque et tout ce que je voulais ici, c'est d'avoir une chance. Je me suis donné une vraie belle chance aujourd'hui, et j'en suis très fier, mais c'est dur de se retrouver si près du podium sans y être.»

Dominant lors des deux rondes précédentes, Leman a été lent au départ de la finale. L'Albertain de 27 ans a réussi à remonter en troisième place, mais il a vite perdu du terrain à nouveau pour retomber quatrième. Il a chuté en y allant pour le tout pour le tout dans un des derniers virages avant le dernier droit.

«J'étais étendu là, incrédule, a décrit Leman. Mais c'est le ski cross.»

Jean-Frédéric Chapuis, Arnaud Bovolenta et Jonathan Midol ont respectivement décroché l'or, l'argent et le bronze. C'est la première fois que la France réussit un triplé à des Jeux olympiques d'hiver.

Plusieurs croyaient que les Français adopteraient une tactique d'équipe pour évincer Leman du podium, mais ça n'a pas été nécessaire puisque Leman s'est vite retrouvé quatrième et n'a jamais menacé les deux skieurs devant. Il y a seulement eu un bref duel à un contre un avec le troisième Français.

«Ils ont skié comme s'ils étaient de trois nations différentes, a dit Leman. Ils visaient tous la victoire.»

Le Montréalais d'adoption Del Bosco et l'Ontarien Duncan ont été éliminés dès les huitièmes de finale. Del Bosco, qui avait fini quatrième aux JO de 2010, a officiellement terminé au 17e rang et Duncan, au 26e rang.

Del Bosco s'est retrouvé coincé entre deux opposants, ce qui lui a fait perdre de la vitesse. Duncan, lui, a raté un dépassement entrepris alors qu'il tentait de profiter du fait que les deux skieurs devant avaient fait contact.

«Aucune position, à part les trois premières, n'est satisfaisante, mais d'être éliminé dès le premier tour... C'est dur à avaler, a dit Del Bosco de sa dégringolade au classement olympique depuis quatre ans. J'ai bien skié toute la semaine et j'ai bien dormi la nuit dernière, mais je n'ai pas réussi à m'adapter aux conditions. La neige était rapide puis lente, rapide puis lente... Ça manquait de constance.»

Les conditions printanières expliquent d'ailleurs les nombreux contacts survenus, jeudi, au Parc extrême Rosa Khutor.

«La neige contribuait à garder les skieurs rapprochés, a expliqué Duncan. Personne ne réussissait à se détacher parce qu'en plus de se frotter au vent, le meneur devait consacrer de l'énergie à repousser la neige. Conjugué à l'effet d'aspiration, ça permettait aux skieurs en deuxième et troisième places de rester plus près.»

L'incident cocasse du jour est survenu lorsque le Suédois Oehling Norberg, considéré comme un des principaux aspirants au podium — il a d'ailleurs été le plus rapide de la ronde de qualification — a été éliminé en quarts de finale. Il a été écarté à la suite d'un photo-finish qui a permis de départager trois skieurs... qui venaient de chuter et ont tous franchi la ligne d'arrivée sur le dos ou le ventre, à peu près en même temps.

«C'est pourquoi les gens aiment le ski cross — tu ne sais jamais ce qui va arriver jusqu'au moment où les skieurs franchissent la ligne d'arrivée», a noté Duncan.

Celui-ci s'est dit fier d'avoir pu participer aux Jeux de Sotchi après avoir raté ceux de Vancouver en raison d'une blessure de dernière minute. Il quittera toutefois la Russie amer de ne pas avoir pu venir plus près d'un podium, lui qui était considéré comme un des favoris. Et pour cause, puisqu'il est devenu cet hiver le premier athlète en ski cross à remporter deux étapes d'affilée en Coupe du monde.

De son côté, Del Bosco a dit qu'il continuera de skier.

«On va recoller les morceaux et aller de l'avant», a affirmé l'athlète de 31 ans.

Leman a lui aussi frôlé le désastre dès les huitièmes de finale, alors qu'il s'est retrouvé quelques pouces derrière le Suisse Alex Fiva et a dû écarter ses skis, en parallèle avec ceux de ce dernier, pour tenter d'éviter le contact. Fiva a quand même chuté et Leman a terminé parmi les deux premiers de sa vague, ce qui lui a permis de poursuivre.

«J'ai essayé très fort de l'éviter, a expliqué Leman. J'ai été super chanceux de ne pas tomber avec lui. Alex et moi sommes de très bons amis, je me sens mal pour lui.»

Leman a toutefois été dominant en quarts de finale et en demi-finale, alors qu'il a connu de bons départs et occupé le premier rang pratiquement de bout en bout. La situation s'est ensuite renversée en finale.

INOLTRE SU HUFFPOST

Sotchi 2014 en photos
Les meilleurs tweets des JO envoyés depuis Sotchi