NOUVELLES

Place aux élections, annonce l'opposition

20/02/2014 06:11 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

Pour les partis d'opposition, il n'y a plus de doute : il y aura des élections printanières au Québec. Aucun d'entre eux n'a l'intention d'appuyer le budget du ministre des Finances, Nicolas Marceau, déposé jeudi.

Un texte de Gaétan Pouliot Twitter Courriel

« Vous venez d'assister au lancement d'une campagne électorale », a affirmé en conférence de presse le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard.

À son avis, il n'y aura même pas de débat sur le budget à l'Assemblée nationale puisque la première ministre Pauline Marois, qui dirige un gouvernement minoritaire, déclenchera rapidement des élections.

Le contenu du budget du ministre Marceau déplaît de toute manière au chef libéral, car il est « incomplet » et son équilibre est « très fragile », selon lui.

Pour le PLQ, le gouvernement « cache la réalité et la vérité » aux Québécois puisqu'il n'a pas présenté ses crédits budgétaires détaillant les dépenses par ministère, comme le veut la tradition.

Selon les informations financières fournies, le ministre Nicolas Marceau « porte des lunettes roses » en estimant pouvoir contrôler la hausse des dépenses gouvernementales grâce aux mesures annoncées, a ajouté M. Couillard.

Concernant les garderies, le PLQ estime que la hausse des frais prévus par le gouvernement sera un « choc tarifaire » pour les familles. Un gouvernement libéral se contenterait d'indexer les frais de 7 $ par jour.

« Un budget contre les familles », selon la CAQ

La Coalition avenir Québec, qui se présente comme le défenseur des contribuables, estime que le budget frappe de plein fouet les familles du Québec. Elles sont les « grandes perdantes », selon le chef de la CAQ, François Legault.

La Coalition demandait au gouvernement un retour dès cette année à l'équilibre budgétaire et une réduction du fardeau fiscal de la classe moyenne. « Dans l'état actuel du budget, la Coalition ne peut appuyer le budget », a donc dit François Legault.

Par ailleurs, le gouvernement n'est pas crédible, selon la CAQ. « La croissance des dépenses est hors contrôle », a affirmé Christian Dubé, porte-parole du parti en matière de finances. Lorsque le gouvernement dit qu'il maintiendra à 2 % la croissance des dépenses cette année, la CAQ est cinglante : « Nous n'y croyons pas », a lancé M. Dubé.

Pour réussir ce tour de force, il faut réduire le nombre de fonctionnaires, préconise la CAQ.

Un budget digne du patronat, selon QS

Pour Québec solidaire, le gouvernement du Parti québécois a présenté un budget « d'austérité » digne du Parti libéral ou du Conseil du patronat du Québec.

La formation de gauche dénonce entre autres la hausse des frais de garderie et des tarifs d'Hydro-Québec, puisqu'ils toucheront plus durement les citoyens à plus faibles revenus.

Vers des élections

Minoritaire à l'Assemblée nationale, le Parti québécois avait besoin de l'appui des partis d'opposition pour continuer à gouverner la province. À moins d'un étonnant renversement de situation, des élections générales auront lieu au printemps.

PLUS:rc