NOUVELLES

Mondial-2014: 150.000 membres des forces de l'ordre pour la sécurité

20/02/2014 12:18 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

Quelque 150.000 personnes des forces de l'ordre du Brésil seront mobilisées pour le Mondial-2014, a déclaré un responsable du gouvernement lors du séminaire sur la sécurité de la Fifa jeudi à Florianopolis (sud).

"150.000 professionnels des forces de la sécurité publique et des forces armées assureront la sécurité de la Coupe du monde", a déclaré Andrei Rodrigues, secrétaire national extraordinaire chargé des grands événements.

M. Rodrigues avait dans une première estimation dévoilée le 6 février évalué à 100.000 le nombre de ces hommes et femmes mobilisés.

Concernant les manifestations, qui s'achèvent souvent dans des affrontements violents depuis les marches massives de juin dernier, "nous garantissons la liberté des manifestations pacifiques, qui sont un exercice légitime dans une démocratie", a souligné le secrétaire national.

"Notre préoccupation, c'est de prévenir les violences et de lutter contre le vandalisme, a-t-il ajouté. Nous avons coordonné un plan avec les États régionaux pour prévenir toute forme de violence et diverses mesures notamment basées sur le renseignement".

"Nous avons un exemple avec ce qui s'est passé à la Coupe des Confédérations: on a eu un jour en juin plus d'un million de personnes dans les rues, et il y avait 50.000 membres de la sécurité mobilisés, a-t-il rappelé. Aucun match n'a été perturbé, ni aucun supporter ou membre de délégation. Nous poursuivons des entraînements constants et faisons en sorte de donner une réponse efficace."

Le général Jamil Megud Junior a détaillé de son côté le plan de sécurité structuré autour de onze pôles stratégiques (frontières, prévention des menaces chimiques, biologiques, terroristes etc.).

En mars et mai se dérouleront les matches-tests et la préparation opérationnelle des douze villes-hôtes, et en juin s'ouvriront les centres de contrôle et de coordination et le lancement de l'opération "Sécurité Coupe de la Fifa" pour la compétition elle-même.

La Fifa ne se sent aucunement "cible" des manifestations, selon son responsable à la sécurité, Ralf Mutschke. "La situation avait commencé avec la hausse des prix dans les bus, et les manifestants avaient profité du fait que les projecteurs du monde entier étaient braqués sur le Brésil pour dénoncer la corruption et les grandes sommes d'argent dépensées, a-t-il dit. Mais la Fifa ne se sent pas ciblée, et nous ne nous cacherons pas. Nous sommes fiers d'être ici et d'y organiser la Coupe du monde".

Le pays avait été secoué par une fronde sociale historique en juin dernier lors de la Coupe des Confédérations, marquée par des affrontements violents, pour protester contre la hausse du prix dans les transports puis réclamer l'amélioration des services publics, la fin de la corruption en politique et pour dénoncer la colossale facture publique du Mondial.

ybl/cdo/sk

PLUS:hp