NOUVELLES

Louis-Jean Cormier donne le coup d'envoi du 15e festival Montréal en lumière

20/02/2014 11:15 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

La 15e édition de Montréal en lumière, lancée en grande pompe par le chanteur Louis-Jean Cormier jeudi soir, se veut plus que jamais un hommage à la créativité, aux arts et à la gastronomie de la métropole.

Au terme de la prestation de l'auteur-compositeur-interprète, Laurent Saulnier, le responsable de la programmation du festival, cachait difficilement sa joie.

La météo aidant, la Place des festivals était remplie d'un public conquis, qui entonnait avec entrain les chansons du musicien de 34 ans.

Véritable quartier général de Montréal en lumière, la Place des festivals a été transformée en terrain de jeu hivernal, où se côtoient une grande roue, une longue glissade illuminée, plusieurs scènes et de nombreuses activités interactives mettant en vedette la créativité d'artistes d'ici.

M. Saulnier rapporte que son équipe voulait complètement repenser le site, afin que le public ne vienne plus seulement pour les spectacles, mais qu'il « s'amuse » aussi au festival et « reparte très tard! », a-t-il confié, tout en arborant un large sourire.

Tâche colossale

L'une des belles trouvailles de ce remue-méninge est la construction d'une immense cour intérieure, chauffée et faite de quelque 18 conteneurs maritimes. Douze jours ont été nécessaires à une cinquantaine d'ingénieurs, d'architectes, de techniciens et d'autres artisans pour monter le tout sur le site.

À l'intérieur, les visiteurs découvrent une salle de spectacle inspirée par les ruelles montréalaises, mais aussi une série de petits appartements.

« Et dans cette cour intérieure, on a l'ADN du festival. Il y a des spectacles, de la bouffe et plusieurs activités », a affirmé M. Saulnier.

Pour son 15e anniversaire, Montréal en lumière a décidé de braquer les projecteurs sur la ville qui l'accueille depuis ses débuts.

« On voulait mettre Montréal à l'honneur et faire redécouvrir nos artistes, nos chefs et notre talent aux gens d'ici », a expliqué M. Saulnier.

Mais Laurent Saulnier a insisté sur le fait que le festival gardait néanmoins son ouverture sur le monde. « On ne se ferme pas pour autant sur le monde. Car le Montréal d'aujourd'hui est cosmopolite et on a des artistes et chefs de partout sur la planète qui sont avec nous », a-t-il assuré.

Grands événements

Samedi, une présentation spéciale viendra souligner l'anniversaire du festival, mais aussi le 40e de la compagnie de théâtre DUCEPPE, le 50e de la Place des Arts et le 80e de l'Orchestre symphonique de Montréal. Laurier Saulnier veut en mettre plein la vue.

« Ce sera un vrai spectacle multimédia, ça va durer une demi-heure, mais ça risque d'être la demi-heure la plus spectaculaire de l'année! », a-t-il confié, avec fierté.

Montréal en lumière connaîtra son apogée lors de la traditionnelle Nuit blanche, durant laquelle les participants peuvent prendre part à 200 activités aux quatre coins de la métropole, qui se déroulera dans la nuit du 1er au 2 mars.

L'an dernier, quelque 350 000 personnes avaient participé à cette fête nocturne. Selon Montréal en lumière, aucun autre événement populaire montréalais ne « fait sortir » autant de gens que la Nuit blanche.

PLUS:rc