NOUVELLES

Les manifestations et les affrontements à Kiev en images

20/02/2014 08:58 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

Malgré la trêve annoncée par le président Viktor Ianoukovitch, les affrontements se sont poursuivis sur la place de l'Indépendance, à Kiev, où au moins 75 personnes auraient déjà perdu la vie depuis mardi, selon un bilan officiel, tandis qu'un décompte de l'AFP arrive à 25 morts.

Là où, quelques heures plus tôt, des dizaines de personnes se sont fait tuer, les gens continuent à protester, par milliers. En silence. Contre Ianoukovitch, contre Moscou, pour une Ukraine libre.

Lubov (ce qui en russe et en ukrainien veut dire amour), ingénieure civile, 32 ans, est venue apporter des médicaments à Maïdan. Elle a peur, oui... mais elle dit faire son devoir de citoyenne.

Skiera vient d'une petite ville, à 120 km de Kiev. Elle cuisine pour les occupants de Maïdan depuis deux mois. Elle vit sous la tente, sur place. Elle a vu plusieurs personnes se faire tuer, mais elle continue. Elle refuse de parler russe, s'entête à ne parler que l'ukrainien. Va rester « jusqu'à la fin ».

L'évêque Agapit du monastère Saint-Michel, près de la place de l'Indépendance, à Kiev. Son monastère sert aujourd'hui d'hôpital de fortune, où on a transporté 50 blessés mercredi. Il est ouvert 24 heures sur 24.

De nouveaux affrontements se préparent dans le centre de Kiev.

©AFP/LOUISA GOULIAMAKI

Des centaines de manifestants, casqués, armés de gourdins et protégés par des boucliers, ont escaladé leurs propres barricades avant de se lancer à l'assaut d'un cordon des forces de l'ordre, qui leur avaient repris une partie de la place de l'Indépendance 24 heures auparavant.

Les affrontements entre la police et les manifestants ont repris à Kiev.

©AFP/LOUISA GOULIAMAKI

Les policiers ont cédé une partie du terrain qu'ils avaient repris lors d'un assaut dans la nuit du 18 au 19 février, protégeant leur recul par des tirs de balles en caoutchouc qui ont blessé une dizaine de manifestants, aussitôt évacués vers les infirmeries de fortune de l'opposition.

Des manifestants portent une personne blessée lors d'affrontements avec la police, près de la place de l'Indépendance, à Kiev, le 20 février 2014.

©AFP/LOUISA GOULIAMAKI

Le ministère de l'Intérieur a appelé les habitants de Kiev à ne pas se rendre au centre-ville, théâtre de tirs nourris à balles réelles. « En ce moment, il vaut mieux limiter les déplacements en voitures particulières et ne pas sortir dans la rue. Il y a des gens armés avec des intentions agressives dans les rues de Kiev », indique le communiqué du ministère.

Des manifestants se protègent lors d'affrontements avec les policiers.

©AFP/SERGEI SUPINSKY

Un prêtre orthodoxe tient une croix et un bouclier lors d'un affrontement avec les policiers anti-émeute dans le centre de Kiev, le 20 février.

Un prêtre orthodoxe tient une croix et un bouclier lors d'un affrontement avec les policiers anti-émeute dans le centre de Kiev.

©AFP/SERGEY GAPON

Au moins 25 manifestants ont été tués jeudi par les forces de l'ordre. « Ils ont été touchés à la tête ou au coeur, par balles réelles, pas par des munitions en caoutchouc », a expliqué une secouriste, Natalia, en montrant du doigt un gilet pare-balles ensanglanté, portant la marque d'un impact de balle qui l'a traversé.

Au moins 25 manifestants anti-gouvernementaux ont été tués le 20 février dans de nouveaux affrontements avec la police anti-émeute au coeur de Kiev.

©AFP/ALEXANDER CHEKMENEV

Les manifestants ont capturé 67 policiers, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Ils sont détenus à l'hôtel de ville de Kiev, occupé par les opposants.

PLUS:rc