NOUVELLES

Lefebvre et les Bulldogs cherchent des solutions pour se relancer en attaque

20/02/2014 03:44 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les Bulldogs de Hamilton tenteront de relancer leur attaque à l'occasion de la visite des Senators de Binghamton vendredi au Centre Bell, mais s'il n'en tient qu'à l'entraîneur-chef Sylvain Lefebvre, tout n'est qu'une question de confiance.

La confiance est la clé, a dit Lefebvre, puisque c'est elle qui permet aux joueurs d'afficher plus d'assurance lorsqu'ils sont en possession de la rondelle et de développer leur constance en attaque. L'essentiel de la séance d'entraînement des Bulldogs (22-23-1-4) jeudi au Centre Bell a d'ailleurs porté sur le travail en territoire ennemi, car le club-école du Canadien est présentement à la recherche de solutions en attaque.

«Il faut se 'salir le nez' un peu plus. Il faut aller là où il faut se sacrifier. Il faut payer le prix, a énuméré Lefebvre. Je pense qu'on essaie parfois un peu trop d'avoir le jeu parfait, au lieu d'avoir des buts un peu moins élégants mais aussi efficaces. (...) Il y a aussi un manque de confiance. Il faut qu'on aille chercher la production offensive non seulement d'un trio, mais de toute l'équipe. C'était un peu ça la raison d'être de l'entraînement aujourd'hui (jeudi). C'était axé sur l'offensive et les attaques en entrée de territoire. Il faut qu'ils pensent moins, et qu'ils exécutent un peu plus rapidement.»

Les Bulldogs occupent le 27e rang de la Ligue américaine de hockey (AHL) avec un total de 121 buts marqués — à égalité avec les Comets d'Utica. Seuls les Sharks de Worcester (120) et les Phantoms d'Adirondack (117) en ont réussi moins qu'eux cette saison. Leurs problèmes de productivité ont d'ailleurs fait dégringoler l'équipe au 13e échelon de l'Association Ouest.

Cette léthargie collective se reflète aussi sur le rendement individuel des joueurs des Bulldogs. Leur meilleur marqueur, Martin St-Pierre, vient au 48e échelon au sein de la AHL avec une récolte de huit buts et 27 mentions d'assistance en 47 matchs cette saison. Selon St-Pierre, la clé consiste à simplifier le jeu collectif en dirigeant davantage la rondelle vers le filet adverse.

«On a marqué le premier but dans certaines parties, a fait remarquer St-Pierre. Mais on a beaucoup de pression, et je pense qu'il s'agit de simplifier notre jeu. (...) Il faut retrouver notre confiance. Ce n'est pas l'absence d'effort, c'est juste que ça ne rentre pas. Mais à un certain moment, ça va entrer, et c'est à ce moment-là qu'on va se dire que le travail qu'on fait actuellement va avoir porté fruit.»

Parmi les autres joueurs qui sont en panne se trouve Louis Leblanc, qui a été limité à 10 buts et 11 passes en 44 rencontres cette saison. À sa défense, le joueur originaire de Pointe-Claire a dû composer avec la maladie vers la fin de son deuxième séjour avec le Tricolore, le 28 janvier.

«Ç'a été un peu difficile, a reconnu l'attaquant de 23 ans. J'ai été malade lorsqu'ils m'ont rétrogradé et ça m'a pris une semaine à m'en remettre, a rappelé Leblanc. Depuis ce temps-là, ça va bien, je m'améliore, je reste positif.

«Mais il faut trouver le moyen de gagner en équipe, a ajouté Leblanc, qui est jumelé à St-Pierre et Christian Thomas. On a de la misère. Il faut être plus présent autour du filet adverse. On joue peut-être un peu trop en périphérie. Il va falloir garder ça simple, continuer de lancer et générer plus de trafic devant le filet.»

Ce message a aussi été véhiculé par Sven Andrighetto, qui brille avec une récolte de 12 buts et 15 mentions d'aide en 38 parties à sa première saison chez les professionnels. Lefebvre a toutefois rappelé que le Suisse, qui est âgé d'à peine 20 ans, a encore beaucoup de choses à améliorer dans son jeu.

«Sven a eu une bonne semaine, a mentionné Lefebvre. Il a été élu joueur de la semaine dans l'AHL juste avant la pause du match des étoiles. Les deux derniers matchs, il a obtenu des chances de marquer, même si ça n'a pas fonctionné. Par contre, Sven est un autre cas où il doit travailler sa constance. Quand tu es un marqueur naturel, tu dois avoir une production constante, et non par bourrée. C'est un jeune — sa première année avec nous — et il est pratiquement un de nos meilleurs buteurs. Il forme une bonne ligne présentement avec (Patrick) Holland et (Maxime) Macenauer.»

Andrighetto, Leblanc et compagnie tenteront donc de remettre les Bulldogs sur la bonne voie, eux qui ont compilé une piètre fiche de 3-6-1 à leurs 10 derniers matchs. Ils ont pris la mesure des Senators (32-15-1-3), détenteurs du premier rang dans la section est, par la marque de 5-4 en prolongation lors de leur unique duel cette saison le 8 février au Centre Canadian Tire.

PLUS:pc