L'opposition veut entendre Marois à propos du «deal»

Publication: Mis à jour:
Print Article
PAULINE MAROIS
PC

Le Parti libéral et la Coalition avenir Québec tenteront jeudi de forcer la première ministre Pauline Marois et son mari Claude Blanchet à témoigner en commission parlementaire au sujet d'une présumée entente avec la FTQ.

La motion devrait être adoptée jeudi pour une comparution le 10 mars. Mais cette comparution pourrait ne jamais avoir lieu en raison du déclenchement possible d'élections.

Les travaux de l'Assemblée nationale feront relâche dès ce soir pour une période de deux semaines.

La première ministre pourrait ensuite déclencher des élections avant même le retour des élus à Québec.

Des rumeurs laissent entendre qu'un scrutin aurait lieu le 7 ou le 14 avril.

Le « deal »

Dans un extrait d'écoute électronique diffusé à la commission Charbonneau en janvier dernier, l'ex-président de la FTQ, Michel Arsenault, a évoqué une entente avec Claude Blanchet dont il a envisagé de se servir pour convaincre Pauline Marois de ne pas réclamer une commission d'enquête sur l'attribution des contrats publics dans l'industrie de la construction.

« S'ils veulent faire une enquête sur les syndicats, va falloir que tous les deux on s'assoie, pis parler à nos amis du PQ », disait Jean Lavallée, ex-président de la FTQ-Construction, à Michel Arsenault dans la conversation enregistrée du 20 avril 2009.

« Faut pas que le PQ embarque dans ça à cause que s'ils embarquent dans ça, ils vont se faire ramasser eux aussi », ajoutait-il. M. Arsenault répliquait alors : « Ben, ils sont mal pris en ostie, parce qu'on a un deal avec Blanchet. »

Claude Blanchet a nié l'existence de ce « deal » et a affirmé être victime « d'allégations et de propos trompeurs ».

À lire aussi sur le HuffPost Québec

La commission Charbonneau en bref
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

«Deal» avec la FTQ: le PLQ et la CAQ outrés par la réponse de Marois