NOUVELLES

Damas condamne deux personnes "pour faux témoignage" dans l'affaire Hariri

20/02/2014 10:22 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

Un tribunal syrien a condamné à des peines de travaux forcés pour "faux témoignages" deux hommes qui avaient désigné Damas comme étant impliqué dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005, a affirmé jeudi le journal al-Watan.

Ces deux Syriens étaient poursuivis pour avoir fourni de faux témoignages au tribunal international qui enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri.

Le quotidien, proche du pouvoir, précise que l'un des deux témoins, Mourad Akram, a été condamné à 10 ans de prison, dont cinq avec travaux forcés, et l'autre, Zouhair Mohamed, à 20 ans dont 10 ans de travaux forcés.

Ce dernier a été jugé par contumace alors que Mourad Akram est détenu en Syrie depuis mai 2011, après avoir été extradé du Liban au terme d'une peine de prison pour trafic de drogue.

Dans leurs dépositions, ils avaient accusé les quatre plus hauts officiers supérieurs libanais d'avoir préparé avec des officiers syriens le meurtre du Premier ministre.

Les quatre officiers avaient passé plusieurs années en prison avant d'être relâchés pour manque de preuves. L'un d'eux avait poursuivi les témoins en justice en Syrie pour faux témoignage, ce qui a conduit à leur condamnation.

Les deux hommes s'étaient rétractés et le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) avait décidé de ne pas poursuivre les autorités syriennes.

Actuellement, le Tribunal juge par contumace à la Haye cinq membres du mouvement chiite libanais Hezbollah, allié de la Syrie.

rim/sah/sk/cnp

PLUS:hp