NOUVELLES

Ukraine: les Etats-Unis interdisent de visas 20 responsables

19/02/2014 07:32 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont interdit de visas environ 20 hauts cadres officiels ukrainiens qu'ils accusent d'être responsables de la répression meurtrière des manifestations de mardi à Kiev, a indiqué mercredi un diplomate américain.

"Aujourd'hui, nous avons pris comme mesure d'interdire de visas quelque 20 membres du gouvernement ukrainien et d'autres individus que nous considérons comme responsables (...) d'abus en matière de droits de l'homme liés à la répression politique en Ukraine", a dit ce responsable américain à quelques journalistes.

En janvier, Washington avait déjà révoqué des visas déjà accordés à des dirigeants ukrainiens, en raison des troubles politiques dans ce pays.

"Ce que nous avons fait aujourd'hui, c'est d'émettre une interdiction de visa, une inadmissibilité aux Etats-Unis pour quelque 20 Ukrainiens que nous jugeons responsables de ce qui s'est passé la nuit dernière", a expliqué le diplomate.

Si ces personnes "font une demande de visa, elle leur sera refusée", a-t-il encore précisé, sans révéler la liste des responsables ukrainiens concernés.

Le diplomate a toutefois indiqué que les cadres ukrainiens visés "représentaient toute la chaîne de commandement considérée comme ayant ordonné aux force de sécurité de réprimer hier sur le Maïdan", haut lieu à Kiev de la contestation pro-européenne contre le régime ukrainien.

Il a ainsi laissé entendre qu'il s'agissait de responsables de la police et non des militaires.

"L'armée n'était pas impliquée hier, c'était une activité policière. (...) Les forces armées ukrainiennes sont (une institution) à part, nous ne les avons pas vues impliquées dans les affrontements, elles sont restées dans les casernes", a constaté le diplomate américain.

Il a toutefois exprimé "l'inquiétude" de son gouvernement après que le président ukrainien eut remplacé mercredi le chef de l'Etat-major des armées. Washington "espère que cela ne présage pas d'un changement de politique et d'une décision d'avoir recours à l'armée", a encore dit le responsable américain.

Plus tôt depuis le Mexique, le président Barack Obama avait averti Kiev des "conséquences" de la violence en Ukraine et souligné que le pouvoir devait garantir aux "manifestants pacifiques" le droit de s'exprimer "sans peur de la répression".

Son homologue ukrainien Viktor Ianoukovitch a annoncé une "trêve" avec l'opposition avant l'arrivée à Kiev de diplomates européens alors que la menace de sanctions occidentales pèse sur son régime au lendemain des violences et d'un assaut policier qui ont fait 26 morts à Kiev.

Le diplomate américain a assuré que son pays allait voir si la trêve "tenait". "Si les choses se passent bien, ces sanctions en termes de visas sont réversibles. Mais si les choses se déroulent mal, il y a d'autres mesures que nous pouvons prendre dans les prochains jours en collaboration étroite avec l'UE", a conclu le responsable.

nr/mdm

PLUS:hp