NOUVELLES

Sotchi 2014: L'expérience des Canadiennes contre la vitesse des Américaines pour la finale du hockey féminin

19/02/2014 11:40 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT
JONATHAN NACKSTRAND via Getty Images
Canada's Hayley Wickenheiser (R) vies with Switzerland's Nicole Bullo during the Women's Ice Hockey semifinal match Canada vs Switzerland at the Shayba Arena during the Sochi Winter Olympics on February 17, 2014. Canada won 3-1. AFP PHOTO / JONATHAN NACKSTRAND (Photo credit should read JONATHAN NACKSTRAND/AFP/Getty Images)

SOTCHI, Russie - Pour remporter une quatrième médaille d'or olympique consécutive, l'équipe canadienne de hockey féminin devra mettre à profit son expérience des grands moments pour contrer la plus grande vitesse de l'équipe américaine.

Les 12 attaquantes canadiennes ont un total combiné de 18 participations aux Jeux d'hiver, comparativement à sept présences du côté de leurs rivales américaines.

À la défense, l'expérience aux Jeux d'hiver est similaire dans les deux clans, tandis que les deux équipes comptent des gardiennes expérimentées.

La finale disputée jeudi au Palais de glace Bolshoi sera un enjeu d'exécution malgré la forte pression ressentie par les deux pays.

Les États-Unis veulent se réapproprier l'or gagné en 1998, et l'équipe américaine actuelle est jeune et sans peur.

S'il y a une faille dans leur armure, elle s'est révélée dans la défaite de 3-2 aux mains du Canada en phase préliminaire. En avance 1-0 après deux périodes de jeu, les Américaines ont perdu leur sang-froid, et le Canada a créé l'égalité en troisième avant de prendre les devants moins de deux minutes plus tard.

Il reviendra donc aux triples médaillées d'or Caroline Ouellette, Hayley Wickenheiser et Jayna Hefford, de même qu'aux joueuses à leurs troisièmes jeux Meghan Agosta-Marciano et Gillian Apps d'assumer leur leadership dans les moments clés de la finale pour l'or à Sotchi.

«Je peux amener certaines choses, mais ne vous méprenez pas. Je vais en bonne partie miser sur Caroline Ouellette, Jayna Hefford, Hayley Wickenheiser et Gillian Apps. De grandes joueuses qui ont leur large part d'expériences olympiques. Elles ont déjà été dans cette position», a commenté l'entraîneur en chef, Kevin Dineen.

«Il y a beaucoup de personnes dans ce vestiaire qui ont une belle collection de bijoux.»

Aussi, les joueuses canadiennes ont pris part à des matchs plus corsés que les joueuses américaines avant leur arrivée à Sotchi. La Ligue de hockey midget de l'Alberta offre au Canada une cadence similaire à celle des rencontres contre les États-Unis, ce qui fait que les Canadiennes ont vécu la plupart des situations qui pourraient survenir, jeudi.

«Il sera normal d'être nerveuse au début, et nous savons que nous sommes en mesure de canaliser cet énergie. (...) C'est notre rôle en tant que joueuses d'expérience de s'assurer que tout le monde est calme, et prêt à se lancer», a exprimé Ouellette.

Les États-Unis ont vaincu le Canada lors de quatre des cinq derniers championnats du monde avec Jessie Vetter devant le filet, alors le choix de la formation américaine fait peu de doute pour le match de jeudi.

La désignation de la gardienne canadienne pour la grande finale constitue davantage une énigme. Bien que Shannon Szabados a été la partante des grands moments pour le Canada depuis son blanchissage de 28 arrêts aux Jeux de Vancouver il y a quatre ans, Charline Labonté a été remarquable dans la victoire contre les États-Unis la semaine dernière.

Labonté a pris part deux fois aux Jeux olympiques et elle avait décroché la victoire lors de la finale des Jeux en 2006 contre la Suède. Dineen refusait mercredi de fournir des indices sur le choix qu'il fera, mais a reconnu qu'il s'agit d'une décision cruciale.

Du côté américain, Julie Chu, la plus expérimentée de sa formation avec trois participations aux jeux, a rappelé que son équipe avait vaincu le Canada l'an dernier en finale de championnat du monde à Ottawa devant des milliers de partisans pro-Canadiens.

«Je ne crois pas que le moment soit trop grand pour quiconque d'entre nous. Nous sommes très confiantes et psychologiquement prêtes», a ajouté la joueuse de défense américaine Anne Schleper.

INOLTRE SU HUFFPOST

Sotchi 2014 en photos