NOUVELLES

Mike Babcock est persuadé que l'attaque canadienne va débloquer à temps

19/02/2014 04:15 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

SOTCHI, Russie - Même si elle n'est parvenue qu'à marquer deux buts sur 57 lancers face à la Lettonie et qu'elle n'en a inscrit que 13 en quatre parties jusqu'ici, l'entraîneur-chef du Canada, Mike Babcock, a toujours confiance en son attaque.

«C'est certain qu'on regarde les deux côtés de la médaille: on a obtenu une tonne de lancers, mais on n'a marqué que deux fois, a admis Babcock après la rencontre. Je pense qu'on fait du bon travail et qu'on s'améliore de match en match. On a eu vraiment de bonnes chances (mercredi). Je veux dire: vous n'avez qu'à regarder quelques secondes des faits saillants de ce match pour le constater. (Sidney) Crosby a obtenu une échappée en début de match, (Corey) Perry a frappé la transversale: s'ils marquent, c'est un match bien différent.»

«Mais ça ne compte pas, a-t-il ajouté. Ce qui compte à nos yeux, c'est que nous ayons la chance d'avancer dans le tournoi et de jouer un autre match. Les États-Unis semblent avoir de la faciliter à marquer des buts jusqu'ici dans le tournoi. Ça n'a pas été le cas pour nous.»

«De ne pas marquer de la sorte, ça met votre patience à dur épreuve, a indiqué Crosby. Mais vous tentez de ne pas penser que vous avez raté tant d'occasions. Vous avez seulement confiance qu'à un moment donné, la rondelle va trouver le filet.»

Babcock en est convaincu.

«Je le sais pour avoir dirigé en séries éliminatoires: on ne peut pas tenir en échec des joueurs de talents déterminés qui obtiennent d'aussi bonnes chances sur une longue période.»

Tout de même, Crosby dit avoir ressenti une certaine inquiétude en troisième.

«Quand vous regardez le tableau avec 10 minutes à faire, que vous voyez que vous avez plus de 50 lancers mais que c'est tout de même 1-1, vous souhaitez que ce ne soit pas ce genre de soirée. Vous tentez d'être positif et de vous dire que ces occasions vont finir par se retrouver derrière le gardien... C'est un gros but que 'Webby' (Shea Weber) nous a offert.»

Un de plus que l'autre équipe

Depuis le début du tournoi, Babcock ne cesse de répéter que tout ce dont le Canada a besoin, c'est de marquer un but de plus que l'autre équipe. En demi-finale, il sera confronté à une équipe qui connaît beaucoup de succès offensivement, comme en font foi ses 20 buts en quatre parties. Mais l'entraîneur est tout sauf inquiet.

«Si on continue de faire les choses comme il le faut, nous allons être récompensés, a-t-il fait valoir. Nous avions de belles occasions. Nous étions convaincus que si nous continuions à en obtenir, nous allions marquer. Est-ce que j'aimerais qu'on ait remporté ce match 7-1? Absolument! Est-ce que je crois que c'est mieux pour mon équipe qu'on l'ait remporté 2-1? Certainement!»

«Les Américains remplissent le filet actuellement, pas nous. Le trio de (Joe) Pavelski semble avoir des ailes. Mais nous avons des joueurs de qualité et nous avons obtenu des occasions de qualité. La journée de (jeudi) sera très importante pour nous, autant pour nous améliorer que pour nous reposer. Mais je suis optimiste.»

Et il a tenu à rappeler que ce ne seraient pas les Jeux olympiques si ce n'était pas difficile.

«Ils ne distribuent pas les médailles: vous devez les mériter. Et je trouve qu'on fait tout ce qu'on peut pour en gagner une.»

Jeux terminés pour Tavares

Le Canada a perdu un soldat en deuxième période quand l'attaquant des Islanders de New York John Tavares a été touché à une jambe sur une mise en échec du défenseur Arturs Kulda.

Tavares sera réévalué par les médecins des Islanders, mais il ne rejouera plus des JO. L'entraîneur Babcock ne pouvait toutefois pas dire s'il comptait demeurer avec ses coéquipiers en Russie jusqu'à la fin du tournoi.

PLUS:pc