NOUVELLES

La fille de Kent Nagano lance un premier album

19/02/2014 03:28 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Faut-il s'étonner que Karin Kei Nagano dise préférer avoir dans ses oreilles une pièce de Beethoven que le dernier tube de Justin Bieber?

La pianiste âgée de 15 ans a de qui retenir: elle est la fille du chef de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM), Kent Nagano, et de la pianiste Mari Kodama.

L'adolescente a sorti mardi son premier disque, «Mozart Piano Concertos Nos. 12 & 13».

Elle dit que la décision d'entamer une carrière musicale s'est imposée de façon tout à fait naturelle, étant donné son héritage familial.

Accompagnée du Cecilia String Quartet, qui est actuellement en résidence à la Faculté de musique de l'université de Toronto, Karin Kei Nagano livre une version raffinée des chefs-d'oeuvre figurant parmi les premières pièces que Mozart a composées après s'être installé à Vienne.

«C'était une nouvelle expérience, car j'avais l'habitude de faire des concertos, des performances en direct, mais avec des orchestres imposants», a exposé la jeune musicienne en entrevue.

«Le fait de jouer cette fois avec un quatuor a été complètement différent, mais très intéressant.»

Lorsqu'une soliste accompagne un orchestre, explique-t-elle, l'interaction principale se produit avec le chef d'orchestre.

Pour l'enregistrement de cet album, le processus a été beaucoup plus collaboratif avec le quatuor à cordes, souligne Karin Kei Nagano.

«C'est un processus beaucoup plus intime», résume-t-elle.

Le choix de la musique a également été très significatif pour l'artiste.

«Mozart est très, très spécial pour moi. Ses pièces sont les premières que j'ai entendues alors que j'étais encore bébé», confie la jeune femme.

La sortie de cet album est le plus récent accomplissement de Karin Kei Nagano, qui a déjà un bagage impressionnant.

Lauréate de nombreux prix internationaux, elle a commencé à se produire en tournée à l'âge de 10 ans.

Née à Berkeley, en Californie, elle a débuté sa carrière à la saison 2007-2008 en interprétant un concerto de Mozart avec l'orchestre du célèbre chef Wachtang Korisheli, en Californie.

Des concerts à Paris, à Munich et à Montréal — avec l'OSM — ont suivi.

Son premier concert professionnel international remonte à 2010, alors qu'elle s'est produite en Italie avec le prestigieux orchestre baroque Tafelmusik.

Karin Kei Nagano pratique entre quatre et cinq heures par jour et «énormément» pendant les week-ends et les vacances.

L'école qu'elle fréquente lui offre une certaine flexibilité dans les horaires, tandis que ses amis et ses parents se montrent très compréhensifs.

Son père et sa mère ne se gênent pas pour formuler des critiques sur son travail, et ils encouragent leur fille à atteindre «le niveau le plus élevé», raconte la principale intéressée.

«Je leur en suis extrêmement reconnaissante», affirme-t-elle.

Elle dit avoir apprécié jouer aux côtés de son père, soulignant qu'elle ne s'attendait pas à avoir l'honneur d'être choisie comme soliste.

«C'était vraiment, vraiment bien, parce que nous avons la même façon d'interpréter la musique. Un lien très fort nous unit.»

Mais Kent Nagano a-t-il été dur avec sa fille?

«Oui, très dur, lance-t-elle en riant. Mais malgré tout, ça a été vraiment bien.»

PLUS:pc