NOUVELLES

Égypte: le gouvernement annonce une hausse salariale pour les policiers

19/02/2014 05:10 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le président par intérim de l'Égypte a annoncé une hausse de salaire pour les policiers mercredi après que certains membres des forces de l'ordre eurent rejoint les rangs de travailleurs d'usine, de médecins et de pharmaciens qui ont multiplié les grèves au cours des dernières semaines.

Adli Mansour a indiqué que les forces policières recevraient une hausse salariale de 30 pour cent alors que la prime de risque sera versée à compter du mois de mars.

Les autorités égyptiennes peinent à gérer les nombreux débrayages qui ont porté un coup dur au gouvernement intérimaire et nuisent à l'économie déjà fragile du pays.

Dans une ville industrielle du nord de l'Égypte, plus de 22 000 travailleurs font la grève depuis une dizaine de jours, exigeant des salaires plus élevés et la démission du président d'une entreprise de textile. Plusieurs grèves avaient été déclenchées à Mahalla al-Kobra en 2008, alors que les manifestants détruisaient les affiches du président de l'époque, Hosni Moubarak, et affrontaient les forces de sécurité.

Les médecins d'un peu partout au pays débraient eux aussi depuis plusieurs mois pour tenter d'obtenir de meilleurs salaires. Une grève partielle déclenchée mercredi a touché, selon le ministère de la Santé, 17 pour cent des hôpitaux du pays, tandis que les représentants syndicaux ont évalué le taux de participation des établissements à quelque 45 pour cent.

Le taux de chômage et le prix des biens ont escaladé en Égypte depuis la chute, en 2011, du président Moubarak.

Les policiers ont quant à eux déclenché des grèves dans six provinces la semaine dernière, exigeant une rémunération plus élevée en raison des risques élevés auxquels leur travail les exposent. Ceux qui occupent le bas de l'échelle salariale reçoivent environ 115 $ par mois.

PLUS:pc