NOUVELLES

GB/écoutes : Rebekah Brooks commencera jeudi à plaider pour sa défense

19/02/2014 11:07 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

L'ex-"reine des tabloïds" Rebekah Brooks a appris mercredi qu'elle devrait attendre 24 heures supplémentaires avant de donner sa version des faits, quatre mois après l'ouverture d'un retentissant procès des écoutes téléphoniques où elle fait figure de principale accusée.

L'ancienne rédactrice en chef du défunt tabloïd News of the World (NotW) de Rupert Murdoch, âgée de 45 ans, est arrivée mercredi au tribunal londonien d'Old Bailey accompagnée de son mari Charlie Brooks, lui aussi poursuivi dans cette affaire.

Mais, après des discussions de procédure entre les avocats de Mme Brooks et le juge, celui-ci a accepté de reporter à jeudi matin le début, très attendu, de la présentation de la défense.

Dès que ses avocats auront commencé à exposer sa ligne de défense, elle pourra appeler à la barre ses propres témoins afin d'accréditer sa version des faits.

Cette proche de l'actuel Premier ministre David Cameron, a nié les charges qui lui sont reprochées. Tout comme Andy Coulson, un autre ancien rédacteur en chef du News of the World, et les cinq autres personnes qui sont jugés depuis le 28 octobre à Londres dans le cadre de ce procès.

Les sept prévenus exposeront leurs arguments dans ce procès qui pourrait encore durer trois mois.

Mercredi, l'accusation a lu aux jurés un email envoyé par Rebekah Brooks à James Murdoch, le fils de Rupert Murdoch, dans lequel elle explique que l'ancien Premier ministre Tony Blair lui a proposé d'être "un conseiller à titre officieux" et confidentiel pour les aider à gérer le scandale des écoutes téléphoniques.

Selon ce mail, Tony Blair aurait eu une conversation téléphonique d'une heure avec Rebekah Brooks, lui prodiguant des recommandations telle que "ça va passer. Reste forte". Il aurait aussi suggéré la création d'une enquête "indépendante" en vue de blanchir les cadres du NotW.

Le procureur, qui accuse Rebekah Brooks et Andy Coulson d'avoir mis sur écoute, dans les années 2000, plus de 600 personnes parmi lesquelles des stars comme l'acteur Jude Law ou le secrétaire du prince William, avait également révélé pendant le procès qu'ils avaient entretenu une liaison.

Il a aussi affirmé qu'une équipe d'enquêteurs avait été spécialement créée par Rebekah Brooks pour pirater les téléphones de stars ou de simples quidam.

L'ancienne "reine des tabloïds" est également poursuivie pour avoir corrompu des fonctionnaires afin d'obtenir des informations ainsi que pour entrave au cours de la justice.

Le scandale des écoutes a donné lieu à un vaste déballage sur les pratiques de certains reporters et dirigeants de la presse britannique, la plus puissante en Europe, et mis en lumière ses relations parfois troubles avec le milieu politique et la police.

mc/dh/sym

PLUS:hp