NOUVELLES

Crise en Ukraine: sanctions probables de l'UE contre Kiev (Paris)

19/02/2014 04:55 EST | Actualisé 20/04/2014 05:12 EDT

L'Union européenne doit examiner l'opportunité de sanctions individuelles contre les responsables ukrainiens après les violences qui ont fait au moins 25 morts mardi en Ukraine, a estimé le président François Hollande cité par la porte-parole du gouvernement français.

"La France considère que les responsables doivent répondre de leurs actes et que des sanctions individuelles doivent être examinées par l'Union européenne", a déclaré le chef de l'Etat français selon Najat Vallaud-Belkacem.

Auparavant, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, avait également évoqué des sanctions probables de l'UE contre l'Ukraine en proie à une des pires crises politiques depuis son indépendance en 1991.

Il y aura une "délibération avec nos amis allemands et probablement sanctions", a déclaré Laurent Fabius alors que la chancelière allemande Angela Merkel se trouve à Paris pour un conseil des ministres conjoint. "On ne va pas rester dans l'indifférence", a-t-il ajouté. "La France a bien l'intention d'agir"

Le président François Hollande doit par ailleurs parler au téléphone au Premier ministre polonais Donald Tusk, selon la présidence française.

"Ce qui s'est passé cette nuit... c'est évidemment une horreur et cela ne peut que susciter l'indignation. Il faut retourner le plus vite possible à une situation apaisée et que les uns et les autres arrivent au dialogue", a poursuivi Laurent Fabius. "Mais les gens qui sont responsables de cela ne peuvent pas rester impunis", a-t-il insisté.

La représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a également annoncé que l'UE allait étudier des sanctions contre les responsables de la répression en Ukraine. Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'UE est prévue jeudi.

De violents affrontements ont éclaté mardi à Kiev entre manifestants de l'opposition et policiers. Selon le ministère ukrainien de la Santé, ils ont fait 25 morts.

Des milliers de contestataires occupent depuis novembre le Maïdan, la place de l'Indépendance, pour protester contre la volte-face en novembre du pouvoir ukrainien qui a renoncé subitement à un rapprochement avec l'Union européenne pour se tourner vers Moscou.

La contestation, qui a mobilisé des centaines de milliers de personnes, s'est transformée au fil des semaines en rejet du régime du président Ianoukovitch.

ha/via/kat/ia

PLUS:hp