NOUVELLES

Alex Galchenyuk a profité de la pause olympique, espère jouer bientôt

19/02/2014 04:25 EST | Actualisé 21/04/2014 05:12 EDT

BROSSARD, Qc - Certains joueurs du Canadien qui ne participent pas aux Jeux olympiques de Sotchi ont profité de la pause olympique d'une dizaine de jours plus que d'autres, et parmi eux se trouvait de toute évidence l'attaquant Alex Galchenyuk.

Galchenyuk, qui a raté les 14 derniers matchs du Canadien en raison d'une fracture à la main droite, est rentré au boulot en compagnie de ses coéquipiers mercredi au complexe sportif Bell de Brossard. L'Américain avait repris l'entraînement en solitaire avant la trêve olympique, et il a démontré qu'il était rétabli de sa blessure en y allant de quelques savantes feintes aux dépens des gardiens.

«J'étais très heureux de pouvoir patiner de nouveau avec mes coéquipiers, a mentionné Galchenyuk, dont la main était enveloppée dans un sac de glace après l'entraînement. Ça finit par être ennuyant de patiner tout seul. J'ignore si mes mains sont prêtes pour une situation de match — c'était la première fois que je patinais avec mes coéquipiers —, mais je me sentais très bien. Je dois encore travailler sur certains aspects, afin de renforcir ma main, mais je me sentais bien.

«J'espère que je respecte les délais de remise en forme, a ajouté l'auteur de 10 buts et 13 mentions d'assistance en 44 matchs cette saison. Mais avec une blessure semblable, tu ne sais jamais. Dans les circonstances actuelles, je veux seulement m'améliorer à chaque jour et voir comment ça ira. Il faut que je retrouve tous mes mouvements, parce que j'ai porté un plâtre pendant trois mois, donc c'est un peu raide.»

Galchenyuk pourrait effectuer un retour au jeu mercredi prochain au Centre Bell, à l'occasion de la visite de Mike Babcock — l'entraîneur-chef d'Équipe Canada — et de ses Red Wings de Detroit. Une perspective qui semblait plaîre à son bon copain Brendan Gallagher.

«C'était bien de le revoir sur la patinoire, a admis Gallagher. Il représente une pièce importance de notre équipe. Il a l'air en forme, donc j'espère qu'il sera bientôt de retour au jeu.»

Michaël Bournival, qui a subi une commotion cérébrale le 6 février, contre les Canucks de Vancouver, poursuit son processus de rééducation. Bournival a confié au quotidien 'Le Nouvelliste' vendredi dernier que les symptômes de sa commotion s'étaient dissipés, mais qu'il devait encore se soumettre à quelques étapes du protocole de remise en forme.

Travis Moen, qui n'a pas joué depuis le 2 février contre les Jets de Winnipeg en raison d'une blessure à une jambe, a patiné mercredi et s'approche d'un retour au jeu. Le défenseur Davis Drewiske, qui s'entraînait déjà avec ses coéquipiers avant la pause olympique, est retourné aux États-Unis pour des motifs familiaux et n'a pas pris part à l'entraînement.

Thibault et Brisebois en renfort

En l'absence des six Olympiens — dont les deux gardiens réguliers de l'équipe, Carey Price et Peter Budaj —, le CH a demandé à Jocelyn Thibault et Martin Houle, un ex-gardien de la Ligue américaine de hockey, de garder les buts pour l'entraînement. Budaj devrait retrouver ses coéquipiers au cours des prochains jours, puisque la Slovaquie a été éliminée par la République Tchèque — dont le capitaine est Tomas Plekanec — mardi en phase de qualification éliminatoire du tournoi olympique de hockey masculin.

«Disons que je ne mets pas les jambières très souvent, a reconnu Thibault, qui est aujourd'hui âgé de 39 ans. Je suis rendu meilleur défenseur que gardien. Mais je suis content, c'est le 'fun' que Stéphane (Waite) m'ait demandé de venir pratiquer avec l'équipe. Ça m'a pris une demi-seconde avant d'accepter. (...) Je vais sûrement être «racké» (jeudi), mais on va s'en remettre.»

L'ex-défenseur Patrice Brisebois, Pierre Allard, le responsable du conditionnement physique du Tricolore, ainsi que Ken Morin, le coordonnateur du recrutement, ont aussi pris part à l'entraînement. Brisebois s'est livré à une séance de tirs de barrage contre Thibault en fin d'entraînement, et il a fini par avoir le dessus sur celui qui détient des parts dans le Phoenix de Sherbrooke, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

«Je pense que Gallagher et Galchenyuk m'ont regardé et ont beaucoup appris aujourd'hui, a blagué Brisebois. C'était le premier qui marquait cinq buts, et c'est moi qui a gagné. Les gars me disaient 'T'es en feu le 'Breezer!' C'était le 'fun', ç'a bien été, je suis content.»

PLUS:pc