NOUVELLES

Un an de vie politique italienne agitée depuis les législatives

13/02/2014 10:59 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

Depuis les élections législatives, il y a un an, la vie politique italienne a été un feuilleton à rebondissements avec l'éviction de Silvio Berlusconi du Parlement et l'ascension du dirigeant de centre gauche Matteo Renzi.

- Elections législatives des 24 et 25 février 2013 : le PD (Parti démocrate, première force de centre gauche) remporte la majorité absolue à la Chambre des députés, mais aucune majorité claire ne se dégage au Sénat où le centre gauche, le centre droit et le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) de l'ex-humoriste Beppe Grillo ont un poids équivalent.

- Pendant près de deux mois, le chef du PD Pierluigi Bersani tente de négocier une alliance avec M5S pour former un gouvernement, mais ce mouvement, qui s'inscrit dans une ligne de contestation des partis traditionnels, persiste dans son refus catégorique. M. Bersani jette l'éponge et annonce sa démission, le 19 avril.

- 20 avril : faute de consensus au Parlement sur un autre nom, Giorgio Napolitano dont le mandat expirait à la mi-mai, accepte de se présenter à un deuxième mandat et est réélu à la présidence de la République.

- 24 avril : M. Napolitano charge le numéro deux du PD, Enrico Letta, de former un gouvernement avec le centre droit de Silvio Berlusconi, une coalition de "large entente" inédite en Italie.

- 28 avril : prestation de serment du gouvernement Letta dont le vice-Premier ministre est Angelino Alfano, bras droit de M. Berlusconi.

- 1er août : M. Berlusconi est définitivement condamné pour le procès Mediaset (fraude fiscale) en Cour de Cassation à une peine de prison assortie d'une interdiction de mandat public. Le Cavaliere accuse le PD de vouloir l'"éliminer de la vie politique".

- 2 octobre : M. Letta survit à un vote de confiance au Parlement, après une tentative de Silvio Berlusconi de faire chuter son gouvernement pour éviter un vote en vue de le déchoir de son poste de sénateur.

- 26 novembre : M. Berlusconi se retire de la coalition gouvernementale, suivi par ses ultra-fidèles, mais pas par M. Alfano qui, sous la bannière du Nouveau centre droit, maintient en vie la majorité.

- 27 novembre : le Sénat vote l'éviction de Silvio Berlusconi de son poste de sénateur.

- 8 décembre : victoire écrasante du dynamique maire de Florence Matteo Renzi face à l'héritier de M. Bersani, Gianni Cuperlo, à des primaires organisées au sein du PD auxquelles participent 2,5 millions d'électeurs de gauche.

- 18 janvier 2014 : Renzi conclut un accord avec Silvio Berlusconi, au siège du PD, sur un projet de révision de la loi électorale pour garantir des majorités plus stables. Dès lors, l'ascension de celui qui ne ménage pas ses critiques à l'égard d'un gouvernement qui "ne fait pas" suffisamment et est devenu le chouchou des médias, semble irrésistible.

- 12 février : sous la pression des attaques incessantes de M. Renzi, Enrico Letta défie son adversaire et présente un programme pour continuer à gouverner.

- 13 février : le chef du PD appelle à la formation "d'urgence" d'un nouveau gouvernement. Aussitôt après l'approbation de cette demande par la direction du parti, Enrico Letta annonce son intention de démissionner de son poste de Premier ministre.

bur-fka/mle/bds

PLUS:hp