NOUVELLES

Syrie: la trêve est prolongée de trois jours à Homs

13/02/2014 10:05 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

BEYROUTH - Le gouverneur de la province centrale de Homs, en Syrie, a annoncé jeudi que la trêve en vigueur depuis près d'une semaine sera prolongée de trois jours à compter de jeudi.

Le gouverneur Talal Barrazi a dit que la trêve sera prolongée tant que des civils souhaiteront quitter les quartiers rebelles assiégés de Homs.

Un responsable du bureau de M. Barrazi a indiqué qu'aucune évacuation n'a eu lieu à Homs jeudi.

Ce responsable, qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat en respect avec les règles, a dit que les évacuations devraient reprendre vendredi. C'est la deuxième fois que la trêve est prolongée depuis son entrée en vigueur la semaine dernière.

Le cesser-le-feu actuellement en vigueur expirait à minuit, dans la nuit de mercredi à jeudi. Le directeur des opérations du Croissant-Rouge syrien, Khaled Erksoussi, a déclaré à l'Associated Press que 1500 personnes ont été évacuées depuis vendredi. L'organisation humanitaire estimait que 3000 personnes étaient coincées dans un quartier rebelle isolé par le régime depuis plus d'un an.

Pendant ce temps, au moins 51 personnes, dont 13 insurgés, ont été tuées mercredi quand l'armée de l'air et l'artillerie syriennes ont bombardé des quartiers rebelles d'Alep, au moment où des négociateurs internationaux tentent de sauver les pourparlers de paix à Genève.

L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, a dit jeudi que la majorité des victimes ont été tuées par des frappes aériennes ou des barils explosifs lancés contre huit quartiers rebelles de cette ville du nord du pays.

Les autres ont été tuées par des tirs d'artillerie, par des tireurs embusqués ou lors d'affrontements entre les rebelles et les forces loyales au régime du président Bachar el-Assad.

Le bilan de jeudi porte à environ 400 le nombre de personnes tuées depuis un mois, selon l'organisme.

Les forces du régime tentent d'arracher aux rebelles des quartiers dont ils se sont emparés au milieu de 2012.

L'observatoire a diffusé ses plus récentes données jeudi, avant la tenue d'une rencontre tripartite entre des responsables américains et russes et le médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi. Des délégations du gouvernement syrien et de l'opposition se trouvent aussi à Genève.

Un deuxième tour de discussions s'est ouvert lundi, mais les pourparlers se sont rapidement enlisés quand les deux camps ont commencé à s'échanger reproches et récriminations.

Les discussions sont accompagnées d'une recrudescence de la violence sur le terrain. L'Observatoire syrien des droits de la personne fait état d'au moins 4959 morts au cours des trois semaines qui se sont écoulées depuis le 22 janvier, quand le premier tour de pourparlers a débuté à Genève.

L'organisation affirme qu'il s'agit du pire bilan depuis que le soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad a débuté en mars 2011.

Le conflit aurait fait plus de 130 000 morts depuis le début, selon les militants.

PLUS:pc