POLITIQUE

Trois sénateurs visés par des dépenses surprenantes

12/02/2014 11:04 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT
CBC

Une enquête du réseau anglais de Radio-Canada révèle que les sénateurs conservateurs les plus dépensiers se payent régulièrement des billets d'avion en première classe et utilisent les fonds publics pour amener avec eux leur conjoint dans leurs déplacements.

La CBC a scruté les réclamations que les sénateurs conservateurs ont publiées sur Internet, pour la période allant de la mi-octobre à la mi-novembre, alors que le sort de trois sénateurs, Mike Duffy, Pamela Wallin et Patrick Brazeau, accusés de dépenses inappropriés, était débattu à la Chambre haute.

Le réseau soulève notamment le cas du sénateur Scott Tannas de l'Alberta. La CBC indique qu'il a réclamé 25 000 dollars en un mois pour ses frais de déplacement entre l'Alberta et Ottawa, dont 12 000 dollars pour une seule paire de billets d'avion aller-retour en première classe pour lui et sa femme.

« Je crois que vous avez observé le pire mois en ce qui concerne mes dépenses », a-t-il dit à la CBC, rappelant toutefois qu'il était nouveau au Sénat et devait s'ajuster. « Je suis embarrassé. »

« Mais je sais que la situation s'est améliorée depuis et va s'améliorer encore. Il s'agit de prendre de l'expérience et de mieux gérer mes dépenses en transport », a ajouté M. Tannas, nommé à son poste au printemps 2012. Commentant cette dépense de 12 000 dollars pour deux billets en première classe, il a expliqué que c'était les seuls sièges disponibles à ce moment.

M. Tannas a voté en faveur de la suspension de ses collègues.

Un système « parfois compliqué »

Le sénateur conservateur du Manitoba, et ancien président du Parti conservateur, Donald Plett, a été le deuxième sénateur le plus dépensier pendant la période observée. Il a réclamé des dépenses de 12 000 dollars pendant les débats sur la suspension de ses collègues Brazeau, Duffy et Wallin, punition contre laquelle il a voté.

M. Plett a refusé de commenter ses dépenses, expliquant que celles-ci seraient étudiées par le Sénat, comme celles de tous les sénateurs. Il a toutefois laissé entendre que la complexité du système, argument également utilisé par ses collègues depuis suspendus, l'avait peut-être amené à faire des erreurs.

« Je suis ici depuis 4 ans et demi et le système est parfois assez complexe. Mais je ne vais certainement pas commenter des erreurs qui auraient pu être commises, mais que je n'aurais pas faites volontairement. »

Une heure qui coûte cher

Le sénateur conservateur Don Meredith occupe le troisième rang des plus dépensiers. Or, il réside à Toronto et se trouve donc à une heure d'avion de la capitale, Ottawa.

Les coûts engendrés par ses transports en avion, chaque fois en classe affaires, pour la période observée varient entre 1100 et 1400 dollars par billet. En classe économique, un siège sur un vol entre Toronto et Ottawa coûte généralement 400 dollars. Son épouse a quant à elle fait le voyage à deux reprises pendant cette période, toujours en classe affaires.

M. Meredith assure avoir suivi les règles en vigueur.

« Nous voyageons selon les règles en vigueur. Parfois, je prends le train jusqu'à Ottawa, lorsqu'il le faut. Mais je voyage de Toronto de la même façon que tous mes collègues, avec Air Canada », a-t-il expliqué à CBC.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les controverses du Sénat