NOUVELLES

Referendum: l'UE attend les solutions de la Suisse (Barroso)

13/02/2014 10:45 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a appelé jeudi la Suisse à "venir avec des solutions" après le referendum limitant l'immigration, en excluant toute négociation sur le principe de la libre circulation des personnes.

"C'est la Suisse qui doit venir avec des solutions. Ce n'est pas à moi ou la Commission", a déclaré M. Barroso devant la presse.

"Il y a déjà des contacts" entre Bruxelles et les autorités suisses mais "il ne faut pas se faire d'illusion: nous n'allons pas négocier le principe de libre circulation des personnes", a-t-il ajouté.

M. Barroso a indiqué avoir pris "note" de la décision prise mercredi par le gouvernement suisse de présenter d'ici fin juin un plan de mise en oeuvre des dispositions du referendum, suivi d'un projet de loi avant la fin 2014.

Ce vote, "nous le respectons" mais "il pose des problèmes sérieux", "surtout à la Suisse", a-t-il ajouté.

"Nous offrons à la Suisse une situation exceptionnelle. La Suisse a un accès sans restriction à notre marché intérieur. Les Suisses peuvent s'établir où ils veulent en Europe", a insisté M. Barroso. "Ce n'est pas juste que l'Europe offre ces conditions et que la Suisse ne les offre pas", a-t-il ajouté, en rappelant que l'UE était "le premier partenaire commercial de la Suisse".

Lundi, des négociations en cours entre la Suisse et l'UE à propos d'un accord sur l'électricité ont été suspendues unilatéralement par la Commission européenne à titre de représailles, alors qu'elles étaient presque bouclées.

Une courte majorité (50,3%) des Suisses ont approuvé dimanche une initiative du parti UDC (droite populiste) demandant le retour de quotas et contingents, un système que le pays connaissait avant la libre-circulation. La Suisse a trois ans pour mettre le résultat de ce referendum en oeuvre.

jri/aje/mr

PLUS:hp