NOUVELLES

Libye: les islamistes appellent à des élections anticipées (communiqué)

13/02/2014 12:59 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

Le Parti pour la justice et la construction (PJC) issu des Frères musulmans libyens, a appelé jeudi à des élections anticipées, après la décision controversée du Congrès libyen de prolonger son mandat qui devait initialement s'achever le 7 février.

Le Congrès général national (CGN, Parlement) avait décidé de prolonger son mandat jusqu'en décembre 2014, malgré l'opposition d'une grande partie de la population, qui critique son incapacité à rétablir l'ordre et à mettre fin à l'anarchie.

Le Congrès a aussi adopté une "feuille de route" prévoyant deux scénarios: des élections générales en fin d'année, si la Commission constitutionnelle arrive à adopter un projet de Loi fondamentale dans un délai de quatre mois après son élection, prévue le 20 février.

Si la Constituante ne tient pas le délai, un "plan B" stipule que le CGN appellera aussitôt à des élections présidentielle et législatives en vue d'une nouvelle période de transition de 18 mois.

Bien qu'il ait appuyé cette feuille de route, le PJC, "partant de son souci d'élargir le consensus et préserver la paix sociale, appelle le Congrès à passer directement à des élections anticipées", a indiqué le parti dans un communiqué.

Le PJC est la deuxième force au Congrès, où son influence est cependant renforcée par une alliance avec des indépendants et d'autres blocs islamistes.

Leurs rivaux de l'Alliance des forces nationales (AFN, libérale) s'étaient dits hostiles à une prolongation du mandat du Congrès, sans toutefois appeler à des élections anticipées.

Le CGN est la plus haute autorité politique et législative du pays. Il compte près de 200 membres qui avaient été élus en juillet 2012, lors des premières élections libres du pays après plus de 40 de dictature sous Mouammar Kadhafi.

L'assemblée a toutefois échoué à avancer dans le processus constitutionnel, en raison des tiraillements politiques et de l'insécurité. Sa décision de prolonger son mandat a donné lieu la semaine dernière à des manifestations hostiles et la démission de députés.

De nouvelles manifestations sont prévues vendredi.

ila/fcc

PLUS:hp