NOUVELLES

La Thaïlande a expulsé 1.300 "boat people" rohingyas vers la Birmanie

13/02/2014 04:08 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

La Thaïlande a annoncé le renvoi de quelque 1.300 Rohingyas vers la Birmanie, une expulsion dénoncée par les ONG des droits de l'Homme qui défendent cette minorité musulmane persécutée en Birmanie.

Ces Rohingyas arrêtés en Thaïlande après avoir fui par bateau des violences meurtrières en Etat Rakhine, dans l'ouest birman, ont été expulsés par groupes de 100 à 200, a précisé à l'AFP le général Pharnu Kerdlarpphon, chef des services de l'immigration.

"Nous avons commencé à les expulser par le poste frontière de Ranong fin septembre et le processus d'expulsion a été terminé début novembre" 2013, a-t-il ajouté.

Cette action des autorités thaïlandaises a choqué les défenseurs de droits de l'Homme, qui estiment que les Rohingyas tombent très souvent dans les mains de trafiquants, y compris après avoir été expulsés de Thaïlande.

"L'expulsion de Rohingyas est une violation flagrante des lois internationales qui interdisent de renvoyer des réfugiés et des demandeurs d'asile vers un endroit où ils font face au danger et à la persécution", a dénoncé Sunai Phasuk, de Human Rights Watch.

"Nous appelons les autorités thaïlandaises à expliquer ce qu'il est advenu de ce groupe", a-t-il ajouté.

Depuis ces expulsions, plus de 500 autres Rohingyas ont été découverts en janvier 2014 lors d'un raid sur un camp présumé de trafiquants d'êtres humains dans le sud de la Thaïlande et placés dans des centres de rétention aux conditions de vie régulièrement critiqués par les ONG.

Quelque 800.000 Rohingyas, considérés par l'ONU comme une des minorités les plus persécutées de la planète, vivent confinés dans l'Etat Rakhine, dans l'ouest birman, où plusieurs vagues de violences entre musulmans et bouddhistes ont fait plus de 200 morts et 140.000 déplacés depuis 2012, principalement des musulmans.

Privés de nationalité par l'ancienne junte birmane, ils sont vus par les autorités comme des immigrés illégaux du Bangladesh voisin et beaucoup de Birmans ne cachent pas une réelle hostilité à leur égard.

Des centaines de milliers de Rohingyas vivent en exil, hors de Birmanie. Et des milliers d'autres ont pris depuis ces violences le chemin de l'exode sur des embarcations de fortune, principalement en direction de la Malaisie.

ask-dr/abd/jh

PLUS:hp