NOUVELLES

JO-2014 - Le sport russe victime de la "fuite des cerveaux"

13/02/2014 07:32 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

La "fuite des cerveaux" en Russie touche dorénavant le sport avec trois anciens représentants russes devenus champions olympiques à Sotchi pour le compte de leur nouveau pays d'accueil.

Anastasiya Kuzmina, pour la Slovaquie, Daria Domracheva, pour le Bélarus, toutes deux en biathlon, mais aussi Iouri Podladtchikov, le snowboardeur suisse, ont reçu une médaille d'or après avoir tourné le dos à la Russie.

Cette situation est particulièrement irritante pour le pays hôte des JO d'hiver, sous pression pour remporter des médailles. Après cinq jours de compétitions, la Russie avait décroché "seulement" deux médailles d'or (9 au total) et pointe à la 7e place du classement.

L'incapacité de la Russie à conserver certains athlètes de haut niveau illustre le vide créé par la disparition du tout-puissant système soviétique après la chute de l'URSS en 1991.

Le départ de grands athlètes présente des similitudes avec la "fuite des cerveaux" en Russie au cours des dernières décennies, tel le prix Nobel de physique André Geim (né à Sotchi), installé aux Pays-Bas.

Chez les athlètes, le cas le plus douloureux pour la Russie est celui de Kuzmina, qui a remporté la médaille d'or dans l'épreuve du sprint en biathlon pour la Slovaquie, après avoir déjà décroché l'or à Vancouver (2010).

Née Anastasiya Shipulina, cette femme originaire de Tioumen, ville de Sibérie occidentale et vivier de grands biathlètes et skieurs, a débuté sous les couleurs de la Russie. Mais en 2008, elle a choisi la Slovaquie, ne voyant plus de perspectives sous le système russe.

-'Où on avait besoin d'elle'-

"La légende que nous avons perdue", a écrit le quotidien russe Sport Express.

"Dans le triste conte de fées -- pour la Russie -- au sujet de Kuzmina, il y a beaucoup de +on aurait pu+ et de verbes au passé. Elle gagnait quand elle était juniors. Ensuite, elle a été ignorée. Elle s'est vexée. Et elle est partie là où on avait besoin d'elle", résume Sport Express.

Ce qui est d'autant plus douloureux pour les autorités sportives russes, c'est que Kuzmina est toujours profondément attachée à son pays d'origine.

"La victoire dans ma patrie est très importante. Je suis Russe après tout. Même si je possède un passeport slovaque, je suis chez moi ici", a-t-elle dit après sa médaille d'or décrochée à Sotchi.

Ses parents sont venus de Tioumen à Sotchi pour l'encourager mais aussi pour soutenir son frère, Anton Shipulin, qui, lui, représente la Russie, également en biathlon.

Comme si le cas de Kuzmina n'était pas suffisant, la deuxième course féminine de biathlon aux JO a été remportée par Domracheva, qui a elle aussi défendu les couleurs de la Russie par le passé.

Née dans la capitale biélorusse Minsk, Domracheva a déménagé dans sa jeunesse avec ses parents architectes à Niagan, ville de Sibérie occidentale où elle s'est lancée dans le ski de fond et le biathlon.

Elle représentait la Russie au niveau juniors, mais est ensuite retournée à Minsk.

-Des étrangers qui gagnent pour la Russie-

Troisième athlète à avoir tourné le dos à la Russie, Podladtchikov, surnommé "Ipod", qui a créé la sensation en détrônant la superstar américaine Shaun White en snowboard half-pipe, est né à Podolsk, ville de la région de Moscou.

Podladtchikov, qui a en partie grandi en Suisse, a pris la nationalité suisse et commencé à concourir pour son pays d'adoption après s'être disputé avec ses entraîneurs russes. Il avait participé aux Jeux de Turin pour la Russie, puis avait terminé quatrième, pour la Suisse, à Vancouver en 2010 avant de décrocher l'or à Sotchi.

Comme Kuzmina, Podladtchikov a souligné que cette victoire était d'autant plus appréciée qu'elle s'est produite dans son pays d'origine. Une maigre consolation pour les responsables russes qui savent que de grands athlètes sont partis à l'étranger en raison de l'échec du système pour détecter de jeunes talents très tôt.

A l'inverse, la Russie a aussi remporté des médailles grâce à des athlètes venus de l'étranger. C'est le cas notamment de l'Ukrainienne Tatiana Volosozhar, naturalisée russe en 2008, médaillée d'or en patinage artistique (couples) avec son partenaire russe Maxim Trankov.

Et en patinage de vitesse, Victor An, le Sud-Coréen naturalisé russe, a décroché le bronze à l'épreuve du 1.500 m.

sjw-bfi/pga/mam

PLUS:hp