NOUVELLES

Gaz de schiste: l'Afrique du Sud change d'avis et retarde sa décision (presse)

13/02/2014 07:04 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

L'Afrique du Sud a décidé de retarder de deux ans l'attribution de nouvelles licences d'exploration de gaz de schiste et l'utilisation de techniques de fracturation hydraulique, a affirmé jeudi le quotidien économique Business Day.

La ministre des Mines Susan Shabangu avait pourtant déclaré le 4 février "avancer avec détermination" vers l'exploration du gaz de schiste sur le vaste plateau aride du Karoo (centre-ouest), et que le coup d'envoi légal serait donné "sous peu".

Mme Shabangu a finalement décidé de se donner deux ans de plus pour finaliser le cadre règlementaire, et contacter les entreprises concernées pour recueillir leur avis, selon le journal.

Le ministère n'avait pas répondu aux sollicitations de l'AFP pour confirmer ou démentir, jeudi, à la mi-journée.

L'Afrique du Sud a levé en 2012 un moratoire décrété l'année précédente sur l'exploration du gaz de schiste dans le Karoo, provoquant l'inquiétude des écologistes qui dénoncent par avance les effets sur la qualité de l'eau et les paysages dans la région.

Mais cette levée du moratoire n'a encore eu que peu d'effets dans la pratique, les industriels disant qu'il faudrait creuser pour voir si les ressources du sous-sol sont exploitables, ce qui n'a pas encore été autorisé.

Le sous-sol du Karoo contiendrait, selon l'Agence d'information sur l'énergie américaine, plus de 11.000 milliards de mètres cubes de gaz de schiste --plus de 400 années de consommation, selon ses partisans--, une manne potentielle pour l'Afrique du Sud qui reste très majoritairement dépendante du charbon pour son électricité.

liu/clr/jpc

PLUS:hp