NOUVELLES

Thomson Reuters: forte chute du bénéfice 2013 sur fond de restructurations

12/02/2014 08:06 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Le groupe américano-canadien d'informations Thomson Reuters a vu plonger ses bénéfices l'an dernier et même essuyé une perte au quatrième trimestre, alors qu'il taillait dans ses effectifs pour réagir à un environnement "plus difficile que prévu".

Selon des résultats publiés mercredi, le bénéfice net annuel a fondu de 93% à 137 millions de dollars, contre près de 2 milliards en 2012 où le groupe avait toutefois enregistré d'importantes recettes exceptionnelles après des cessions.

Thomson Reuters a aussi passé à plusieurs reprises dans ses comptes l'an dernier des charges liées à des suppressions d'emplois. Cela a notamment été le cas au quatrième trimestre, où il accuse une perte nette de 351 millions de dollars, à comparer à un bénéfice de 352 millions sur la même période un an plus tôt.

Le groupe avait annoncé 2.500 suppressions d'emplois mi-février 2013, puis 3.000 supplémentaires fin octobre. La plupart touchent la division chapeautant les écrans financiers installés dans les salles de marché et les banques, qui est frappée par les réductions de coûts réalisées par ces importants clients.

Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels, qui fait référence à Wall Street, est ressorti à 1,83 dollar pour l'année entière et 49 cents pour le trimestre. C'est inférieur de respectivement 2 et 3 cents à la prévision moyenne des analystes.

"Les vents contraires ont été plus forts qu'anticipé en fin d'année, en particulier en Europe et sur les marchés émergents", a reconnu le directeur général James Smith, cité dans le communiqué.

Il s'est toutefois dit "satisfait des progrès que nous continuons à faire" et "confiant que ces progrès accélèreront en 2014".

Thomson Reuters table pour cette année sur un chiffre d'affaires "comparable" à celui réalisé en 2013, qui atteignait 12,7 milliards de dollars (-3%). Sa marge d'exploitation (Ebitda) devrait pour sa part s'améliorer et atteindre 26% à 27%, après 24,5% l'an dernier.

Outre sa division financière, le groupe a aussi des branches spécialisées dans les questions juridiques, de fiscalité et de comptabilité, ou encore de protection intellectuelle. L'agence de presse Reuters News ne représente qu'une toute petite partie de son activité, avec un chiffre d'affaires de 331 millions de dollars en 2013, stable comparé à l'année précédente.

soe/nas/rap

PLUS:hp